Politique


16 octobre 2009

Pourquoi Faure Eyadema est condamné à « remporter » frauduleusement 2010 ?

Certains esprits tordus pensent que Faure Eyadema devrait faire un nouveau mandat et que celui-ci serait son véritable premier mandat, et au motif que de 2005 à 2010, il n’aurait pas vraiment gouverné, étant l’otage des réseaux.
La première question qu’on est tenté de poser à ces avocats du diable est de savoir si c’est le peuple qui aurait mis Faure Eyadema sous l’influence de ces réseaux. Alors comment diantre voudrait-on que les victimes de Faure et ses complices lui permettent aujourd’hui de retrouver une virginité et une légalité ?
Le fait est que le peuple le voudrait, qu’il ne pourrait même pas faire ce cadeau à Faure Eyadema, d’autant que son bilan est catastrophique. Et pour cause les plaintes que le sieur Houngbo formule en coulisse et en privé contre les réseaux d’amis de Faure qui fourmillent dans le gouvernement, et les hautes sphères de l’Etat en sont les preuves.

Il est aujourd’hui un secret de polichinelle que Le dernier des premiers ministres de Faure Eyadema est tombé de son nuage, et qu’il aurait bien aimé rendre son tablier face à son incapacité à gouverner. D’autant plus que lorsque le sieur Houngbo convoque un des ministres de son gouvernement ou des hauts fonctionnaires en charge de certains dossiers de financement d’infrastructures publics, ces derniers passent outre les usages et se font fort d’aller obtenir de Faure Eyadema un quitus qui les dispense de rendre compte à quelque niveau que ce soit.
C’est donc souvent avec ironie et un certain mépris qu’ils viennent signifier à Houngbo la prise en main du dossier par l’usurpateur.
C’est entre autres cela qui justifie, les pistes en latérite qui ont remplacé nos routes au Togo, ou encore l’absence de bâtiments et d’infrastructures scolaires, le manque de moyens dans le domaine de la voirie et de la santé, etc.

Dans un autre registre Faure Eyadema s’est départi du RPT en se tournant vers un réseau parallèle qu’il a monté avec le concours des réseaux mafieux auxquels son géniteur avait fermé les portes des affaires au Togo.
Ce faisant il a implosé le RPT qui ne peut plus se targuer d’être le parti de Faure. Même si les membres du réseau fauriste ont l’étiquette RPT, il y a aujourd’hui un parti dans le RPT qui sabote ce dernier. Le RPT est donc devenu une coquille vide programmée à disparaître à terme.

Quant à l’armée, le RPT y a également perdu ses influences, les cartes ont été redistribuées. C’est à ce niveau que l’on se rend compte que l’armée togolaise à l’instar des autres armées de l’Afrique, est en somme un corps manipulé par le réseau francafrique. Un caporal peut avoir raison d’un général s’il est sur la liste des barbouzes qu’emploie le régime gouvernant. Il n’y a aucun statut ou celui-ci n’est pas respecté.
C’est une armée où on ne sait pas qui fait quoi et qui est où avec quel matériel appartenant à l’armée. Pour survivre dans cette armée il faut être sans voix, ou alors faire parti des barbouzes.

Diantre qu’il nous aurait fallu un Camara Dadis au Togo qui aurait eu l’intelligence de surprendre tout le monde et de mettre un coup d’arrêt à cette succession dynastique qui a eu lieu et qui se renforce ! Ce que, il faut le regretter, François Boko n’a pas pu être pour des raisons qui sont connues de lui seul et ceux qui sont dans les secrets des dieux.

Aujourd’hui, les contours d’un nouveau régime dynastique se dessinent et c’est dire que Faure est en train de créer la sienne. En écartant le RPT et en prenant ses distances de ce parti, il interdit à ses complices d’hier d’avoir un regard et de porter un jugement sur son action. Il met le RPT au niveau des autres partis condamnés à concourir pour obtenir des points pour bien figurer et être représentés autour de la table de festin, avec l’usurpateur qui peut au gré de ses humeurs vous congédier ou faire de vous un prince de la république.

Faure est en train de se faire roi, laissant les partis politiques se disputer la primature, ce qui fait de lui eu égard à la constitution taillée sur mesure le faiseur de prince.
Le RPT est un parti en traversée de désert car le parti semble ne plus avoir de leader. Tous les caciques du parti sont sur le qui-vive craignant de finir comme Kpatcha Eyadema dont on sait où l’ont mené ses velléités de contestation du pouvoir usurpé de concert et que son demi-frère voulait exclusif. Plus personne n’ose élever la voix mais il y a grogne en sourdine, en privé et dans les couloirs alors que l’on veut montrer une harmonie de façade.
Faure Eyadema et son mercenaire de mentor Debbasch, cherchent à faire un tour de passe-passe qui passerait pour formidable s’ils réussissaient. Mais c’est prendre les Togolais pour des idiots de croire qu’ils sont capables de berner le peuple, roubler le RPT et bleuir l’armée. Faure veut ménager à la fois la chèvre, le chou et le boucher avec pour principal leitmotiv de s’éterniser à cette place usurpée à la barbe de tout un pays.

Il est temps que le Togolais fasse montre de sagesse pour montrer à Faure Eyadema que la partie risque de se corser et qu’il va avoir à faire avec forte partie. La nouvelle génération doit impérativement se départir de cette posture de couards et d’affamés qui a servi de lit et de paravent à Eyadema père et qui profite désormais au fils.

Abalo Balakyem Kpeouzim


Vous avez dit

1    2009-10-16 18:17:16   baba

  • merci mais je regret il est actuellement le seul capable de diriger le TOGO car les autre sont malades et ne résistent pas après les reproches.

2    2009-10-16 19:21:05   cologne

  • * A Folikpo Kofi, Cher frere togolais, je te prie de nous proposer une action a mener pour changer les choses au togo, notre terre cherie.Une chose est sure, insulter le grand frere Gil et ses amis de longue date ne changera rien voir pire. Gil est une personne humaine qui pense differement et fait autre chose que toi, ce qui est normale et une chance pour nous humains..j espere toi egalement. Il y a beaucoup de strategie pour terminer avec ce regime sanguinaire..bien c la diversite. Celle d une personne, disons Gil ne nous convient pas alors c pas une raison de rester bete comme un animal a l insulter a tout moment.Essayons de proposer des idees alternatives voir penser deja a l apres Gil c cause de son age.. Notre education traditionnelle ne nous permet pas d insulter une personne d age de la sorte. Folikpo a qui j ai de lecon a donner sur nos coutumes. De toute facon, je remercie Gil pour tout c qu il a fait, fait et fera pour liberer ce togo depuis le 13 janvier 1963.Il pouvait faire autre chose dans la vie que d essayer de liberer le togo en mettant sa vie en danger. A Soudou en 1992, les militaires de Ernest Gnassingbe n ont pas tirer sur moi, non pul sur Folikpo qui veut du bien pour le togo comme moi mais sur Gilchrist Olympio. C est aussi ca la realite du Togo. Alors soyons un peu reconnaissant. Ne soyons pas jaloux parce nous voulons un autre leader, un autre parti preferer par les togolais or pour le moment c Gilchrist, L UFC, le phenomene DETIA. Mais posons nous la question pouquoi c est Gilchrist ? Le peuple togolais dans sa grande majorite vote l UFC parce que apres l independance il n a pas vecu longtemps un autre systeme a part la colonisation.Le peuple voit Eyadema avec son rpt la continute du colonialisme. L UFC est la continute du grand CUT qui lutte pour l independance. Le peuple ne vote pas Gil, sa personne mais le symbole de lutte qui etait son pere Sylvanus. Beaucoup dirons Sylva n etait pas seul mais sachez il etait le leader de lutte avec les Anani Santos...Ne soyez pas surpris qu apres Gil les togolais voterons toujours l UFC comme alternance aux colons Gnasss. Les togolais ne voterons jamais en alternace les ex deputes rpt comme Agboyibor au temps de parti unique ou les arrivistes Kofi yamyam.C est ca la realite et les gens ne veulent pas accepter.La majorite se retrouve dans cette lutte pour l independance et non dans la famille Gnassingbe. Ce n est pas pour rien que l UFC utilise les slogans pour l independance comme ABLODE. Pourquoi les autres Agboyibo, Kofi yamyam ne prononcent pas ca souvent alors qu ils sont libres de le faire. Nous sommes les decendants biologiques d Ablode. Alors Folikpo, arrete d insulter, je te prie. Merci

3    2009-10-16 20:07:03   cichok

  • MERCI ABALO !

    Y A T IL UN DADIS PARMIS LES KAKI FAT AU TOGO ? OU VOUS ETES DES POULES MOUILLEES AVEC CANON ?????? DE TOUTE FACON PROCHAINEMENT UNE SURPRISE INCROYABLE SERA OFFERTE A LA VERRUE...

4    2009-10-16 20:27:43   annibal

  • Le terme frauduleusement montre à lui seul les échappatoires que vous chercher dejà en cas de victoire meme transparente de Faure ! N est-ce-pas ? hihihihihihi !

5    2009-10-17 00:00:39   K. Kofi FOLIKPO

  • Mon Frère Abaaalooo !!!

    Je T´ai déjà dit et répété que Tu es né aussi en tant qu´un VÉRITABLE Journaliste d´Investigation, à l´instar de mon Papa Défunt et certains Honnêtes Togolais que j´ai eu l´Honneur de connaître depuis mon Adolescence …

    Ton présent Article prouve que non seulement Tu as aussi des « Oreilles discrètes » ici et là, mais Tu sais faire rapidement aussi la SYNTHÈSE des Informations après un Cross-Checking des « sources » …

    Merci pour cet Article qui devrait en principe dire au « Bourreau Impénitent et Incompétent d´Agu et de la Kozah » et à sa Mafia que les mois à venir s´annoncent TRÈS PERILLEUX et qu´ils auraient mieux fait de RAMASSER LEURS SAINTS FRUSQUINS depuis longtemps et FUIR LE TOGO !!!

    Si le pauvre bonhomme et ses Sbires continuent de compter sur les Mercenaires qu´il a récemment « acheté » cà et là à Coups de Milliards pour se sentir dans une FAUSSE SECURITÉ, il n´aura que ses gros yeux pour pleurer à chaudes larmes loin de son Terroir Togolais Natal !!!

    Mobutu en avait fait plus que cela en son temps au Zaïre !!! …

    Saluts Fraternels de la froide Nuit Argovienne en SUISSE Alémanique.

    K. Kofi FOLIKPO

    PYRAMID of YEƲE

6    2009-10-17 03:18:16   sergessod

  • Mon frere Cologne je te remercie pour ton opinion et je soutiens ta version selon laquelle l on ne doit pas se mettre a toujours insulter ou a critiquer les autres mais a apporter aussi sa contribution. Cependant ne vois -tu pas que tu es entrain de faire pire que ce tu reproches aux autres.Es-tu du meme age que Agboyibo et Kofi Gnamgname ? Ou bien penses-tu que Gil vaut que tous les autres leaders que toi tu as le plein droit d insulter comme tu le veux parce qu ils ne pensent pas comme vous ? Ou encore crois-tu que tous ceux qui n ont pas la meme opinion que toi et ton UFC sont du RPT ? Cher ami nous sommes au 21e siecle et nous ne sommes plus en 1960 , epoque de liberation coloniale.Tout togolais honnete ,intelligent et patriote doit rendre hommage a notre premier President abattu lachement mais nous devons evoluer c est pourquoi aujourd hui OBAMA est President des USA. Vous dites que Agboyibo et Kofi ne seront jamais presidents du Togo, qu est-ce qui te dit que ton cher chouchou Gil lui le sera ? Ce que tu oublies c est que les 2 autres ont plus de vigueur , de capacite et surtout d atouts pour devenir president.LA POPULARITE SEULE NE SUFFIT PAS POUR TON GIL DE DEVENIR PRESIDENT. S IL T ECOUTE ,DIS LUI DE S ECLIPSER AFIN QU IL LAISSE SON NOM DANS L HISTOIRE DU TOGO SINON IL AURA COMBATTU POUR RIEN. Je pense que le frere Kofi FOLIKPO en dehors des injures , il fait un travail incommensurable d eveil de conscience et je lui presente ici un encouragement. Faisons nous des efforts pour bien lire et analyser les articles des gens avant de se jeter sur des propos fanatiques. Merci.

7    2009-10-17 12:10:00   avoumassodo

  • Félicitation Abalo.Mais j aimerais te dire que pour ma part je plains moins le RPT que le peuple togolais dans cette situation.En effet le RPT est parti qui n a jamais voulu jouer le jeu démocratique et respecter les règles d un tel parti reviendrait pour Faure à rester sur la voie diabolique tracée par le RPT.Maintenant si Faure si prend aussi par des méthodes aussi détestables,je dirai bien fait pour le RPT:ils pourront ainsi apprécier l oeuvre diabolique qu ils ont accomppli au Togo et qui fait école un peu partout en Afrique.Tout le mal que je puisse souhaiter à mon peuple est que le satanique mur tissé par le RPT se fissure davantage pour que nous puissions sortir du joug tyranique de la dynastie Eyadéma.A plus

8    2009-10-17 18:34:46   cichok

  • TOGOLAIS, AFRICAINS : REVEILLEZ VOUS !!! BOUGEZ VOUS !!!! IL EST TEMPS !!!Car, comme le dit Machiavel lui-même : « La meilleure forteresse des tyrans, c est l inertie des peuples ».

9    2009-10-18 20:29:28   cichok

  • Les racines féodale et Françafricaine de la bourgeoisie semi-coloniale africaine Ferñent / M.T.P-S Ferñent / Mouvement des Travailleurs Panafricains-Sénégal « Union libre des peuples libres d’Afrique. Solidarité internationaliste des travailleurs » Téléphone 77.371.97.49. Email : fernentmtps@yahoo.fr

    Beaucoup s’étonnent de la tendance actuelle à la monarchisation des pouvoirs africains. Les fils Eyadéma, Bongo, Khadafi, Wade illustrent cette tendance à la préservation du pouvoir au sein d’une famille non plus seulement politique mais biologique. Il s’agit ici d’un greffe féodale, celle de l’ancien régime Africain d’avant la colonisation, sur le nouveau régime semi-colonial Françafricain issu du régime colonial lui même. Les bourgeoisies semi-coloniales Africaines ont lié leur sort à la domination impérialiste et donc de dictatures militaires et civiles des années 60/70/80, elles vont s’intégrer et s’adapter à la nouvelle restructuration multipartiste impulsée à la fin des années 80 suite aux « conférences nationales ». La particularité de cette ère multipartiste réside dans le fait qu’elle a été la conséquence politique du triomphe de la pensée unique libérale, celle des plans d’ajustement structurel, celle de la dévaluation des monnaies nationales, notamment du franc cfa et des privatisations qui se poursuivent encore aujourd’hui du patrimoine économique national. Un des graves effets du triomphe du libéralisme a été la grave dépolitisation d’une partie de la jeunesse africaine universitaire, individualisée, affairiste et dépouillée de tous sentiments patriotiques, dont les fils Eyadéma, Bongo, Wade sont les purs produits caricaturaux. Il n’échappera pas ainsi à l’observateur attentif que la monarchisation Wadiste en cours est consécutive à la fois de ce bradage des biens nationaux et de celui en cours des terres urbaines et rurales. S’approprier le pays en se donnant le droit de vendre les terres est une caractéristique de la bourgeoisie Françafricaine dont la base sociale est à la fois féodale, ethnique ou religieuse et capitaliste. Il existe même une alliance panafricaine de cette bourgeoisie aux contours idéologiques et économiques Françafricains qui se soutiennent mutuellement. C’est le cas selon certaines sources entre les fils Eyadéma, Bongo et Wade, etc,. L’impérialisme Français a manifestement choisi d’intégrer ce panafricanisme féodalo-bourgeois monarchisant dans sa stratégie de préservation du pré-carré Françafricain complément du dispositif qui consiste à intervenir militairement pour imposer ses proconsuls comme au Tchad ou à organiser des putschs électoraux comme au Niger (AREVA) et au Gabon (Total). L’expérience ratée d’une succession politique Françafricaine à l’Ivoirienne qui a conduit à la séparation de fait du pays en zones contrôlées par le pouvoir issu des urnes et par les ‘rebelles’ avec à la clef l’intervention militaire Française contre le pouvoir légal est certainement un facteur explicatif de l’évolution vers la monarchisation Françafricaine en cours. C’est là un nouvel arsenal de l’impérialisme Français pour préserver sa sphère de domination semi-coloniale en Afrique.

    Par DIAGNE Fodé Roland, membre de Ferñent / Mouvement des Travailleurs Panafricains – Sénégal

10    2009-10-18 22:30:50   cichok

  • DE L’ASSASSINAT DE RUBEN AU GENOCIDE DU RWANDA Le 13 septembre 1958, un commando d’élite de l’armée française exécute Rubèn Um Nyobè, dirigeant de l’UPC (l’Union des Peuples du Cameroun). Cette armée française va continuer ses basses besognes dans ce pays, jusqu’à la fin des années 60, et va mettre en pratique ce qu’elle avait expérimenté en Algérie. Sous le vocable de « guerre révolutionnaire », les déplacements et quadrillages de la population, les regroupements de civils en groupes « d’auto-défense » armés, les tortures et les violences de masse vont se généraliser. L’intervention de la France, au côté du gouvernement camerounais qu’elle a mis en place, provoquera, d’après les historiens, entre 300 000 et 400 000 morts ; chiffre crédible quand on sait que l’armée a utilisé le napalm pour pacifier les zones tenues par les maquisards. Plus de trente ans après la France se retrouve impliquée dans le génocide rwandais où, en quelques semaines, au moins 800 000 Tutsis et les opposants Hutus vont périr. Les témoignages et les archives recueillis par la commission, mise en place au Rwanda, et rendus public en août de cette année sont accablants tant pour la droite que pour la gauche gouvernementale. (Voir l’article dans ce numéro : « Un rapport accablant documente les complicités françaises »). Le refus atavique du pouvoir français de reconnaître des crimes contre l’humanité vis-à-vis de ses anciennes colonies, souligne que la classe politique française n’a jamais rompu avec l’idéologie coloniale. Ceci est particulièrement révélé par le fait qu’une majorité de parlementaires reconnaissent un rôle, soi-disant bénéfique, à la colonisation. Ce qui souligne aussi que cette politique n’a jamais été abandonnée.

    Ainsi, en déroulant la pelote de la mémoire de son histoire coloniale la France abouti à sa politique actuelle en Afrique ; ce que d’une certaine manière révèle le lamentable discours de Sarkozy à Dakar. Autrement dit, condamner ce qui a été fait dans le passé, reviendrait à condamner ce qui se fait dans le présent. En effet, comment pourrait-on condamner l’intervention au Cameroun des années 60 sans condamner également l’intervention de la France au Rwanda en 1994. Ou encore l’exécution de Patrice Lumumba par Mobutu au Congo en 1961 sans condamner l’exécution d’Ibni Oumar Mahamat Saleh (porte-parole de la Coordination des partis pour la défense de la démocratie-CPDC) par Idriss Deby Itno au Tchad en février 2008 ?

    Dans un pays où les interventions militaires de moins de trois mois à l’étranger sont à la discrétion du seul président de la République, où les principaux partis gouvernementaux sont d’accord pour maintenir et étendre le rayonnement de la France en Afrique à n’importe quel prix et pour le plus le grand profit des entreprises françaises, dans ce pays où l’amnésie sur les crimes est une pratique consensuelle, le rôle des militants internationalistes prend une importance accrue pour intégrer, dans les luttes quotidiennes, notre solidarité avec les peuples d’Afrique.

    Paul Martial

11    2009-10-20 04:15:08   cichok

  • La Tourmente du peuple togolais

    Le vendredi 13 de la Ligue togolaise des droits de l’Homme

    Communiqué de Survie, le 18 Mai 2005

    Le vendredi 13 mai, la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH) a rendu public son nouveau bilan des victimes du pouvoir ayant hérité de la dictature togolaise durant les 3 mois qui ont suivi la mort de Gnassingbé Eyadéma. Elle en évalue désormais le nombre à 811 morts et à 4 508 blessés. La Ligue a été empêchée de tenir une conférence de presse à Lomé à l’occasion de cette annonce par l’irruption dans ses locaux de nombreux miliciens partisans de Faure Gnassingbé, déclaré « vainqueur » d’une mascarade électorale dont nul n’ignore plus qu’elle est le produit d’une fraude massive. [Cf. ci-dessous , une démonstration que le résultat réel est au-delà de 72,2 % pour le candidat de l’opposition (au lieu de 38 % annoncés), et le score du fils Eyadéma au maximum de 25,5 % (au lieu de 60 % annoncés)]. Pour démontrer son attachement aux droits de l’Homme, le nouveau « Président » togolais ne semble pas souhaiter aller jusqu’à permettre aux organisations qui les défendent de faire leur travail !

    Le vendredi 13 mai, la LTDH a adressé un courrier au ministre de la Défense constatant qu’à la suite de l’appel des autorités invitant les réfugiés togolais ayant fui au Bénin et au Ghana « à rentrer au pays en toute sécurité », certains ayant répondu à cet appel « ont été arrêtés arbitrairement ou ont dû reprendre le chemin de l’exil ». La LTDH signale que nombre de ces derniers étaient délégués de l’opposition dans les bureaux de vote lors de l’élection présidentielle. Elle poursuit en déplorant « la chasse à l’homme [qui] se poursuit sur toute l’étendue du territoire » et « l’irruption nocturne des gendarmes dans les maisons » … Elle termine en demandant au ministre de faire cesser ces exactions. Or, nous apprenons que la Ligue a reçu un appel téléphonique du ministre qualifiant le courrier qui lui a été adressé de diffamatoire.

    À l’heure où le Parlement européen refuse de suivre l’exemple d’une communauté internationale prête à sacrifier le peuple togolais sur l’autel d’on ne sait quel calcul à la fois veule et cynique, et où l’Union européenne semble chercher son chemin devant ce scandale, ouvrons les yeux et appelons un chat un chat : Faure Gnassingbé ne préside qu’une bande de voleurs du droit d’un peuple à choisir ses dirigeants.

    Pour se rapprocher des scores réels…

    Les scores officiels, annoncés le 3 mai 2005 par le Conseil constitutionnel, et les falsifications calculées dans le rapport d’un diplomate de l’Union européenne (UE), révélé le 6 mai par RFI, permettent de se rapprocher des résultats réels du scrutin du 24 avril.

    Selon ce rapport, « l’analyse des listes électorales fait apparaître un écart anormal entre le nombre d’inscrits et l’estimation de la population en âge de voter (+ 34 %) soit 900 000 électeurs présumés fictifs ». (La démographe Thérèse Locoh, directrice de recherche à l’INED, vient, dans une récente contribution non publiée, « Démographie, démocratie au Togo », de chiffrer cet écart à plus de 1 100 000.) Ces électeurs fictifs, créés par le pouvoir, ont bien entendu tous voté pour Faure Gnassingbé. Il faut déduire ce chiffre de son score officiel.

    Sur Lomé-Commune et la Région maritime, le nombre officiel de votants est de 859 699 sur 1 676 733 inscrits, soit 51,3 %. Au Nord, le taux de participation officiel est de plus de 92 %. Compte tenu de la mobilisation très forte de l’électorat au Sud, on peut penser que l’abstention volontaire et effective n’a pas dépassé 20 %, et donc que 29,7 % des 1 676 733 inscrits de Lomé-Commune et la Région maritime, soit 497 990 électeurs, ont été dissuadés de voter ou zappés dans le décompte final des votes, effectué sous contrôle du régime dans un black out des télécommunications. Ces électeurs devaient être en très grande majorité favorables à Emmanuel Akitani Bob, plus que la moyenne relevée au Sud lors des décomptes qui ont pu être faits sous la surveillance d’observateurs impartiaux (80 % minimum en faveur d’Emmanuel Akitani Bob). Comptons 88,4 % au lieu de 80 %, 1,6 % pour les deux candidats mineurs et, généreusement, 10 % pour Faure Gnassingbé. Avec le pourcentage moyen de bulletins nuls.

    D’autre part, dans trois préfectures du Sud (Lomé, AVE et Est-Mono) où la CENI (Commission électorale nationale indépendante, sic) avait annoncé le chiffre bas de 709 853, les résultats officiels n’en trouvent plus que 531 787. À ces 178 066 inscrits volatilisés, on peut appliquer le même traitement que précédemment.

    Bien qu’il ne tienne pas compte des bourrages d’urnes et des nombreuses autres irrégularités constatées (notamment par la délégation de l’UE et les observateurs de la société civile togolaise ou européenne), le tableau ci-dessous à télécharger donne une idée plus proche d’un scrutin « conforme aux règles universellement admises » - selon l’appréciation honteuse portée par la CEDEAO sur le résultat de l’élection du 24 avril.

    Emmanuel Akitani Bob obtient après ces redressements 72,2 % des suffrages contre 25,5 % à Faure Gnassingbé, et ceci sans tenir compte du bourrage des urnes et autres gonflements artificiels locaux du score du fils de Gnassingbé Eyadéma. Si l’on en tenait compte, on irait bien plutôt vers un rapport 80 % - 20 %. Les quatre cinquièmes de la population togolaise rejettent la dictature. C’est à des résultats analogues qu’on était arrivé en 1998 lors du raz-de-marée en faveur de Gilchrist Olympio contre Gnassingbé Eyadema, et à un rejet du même ordre en 2003 (avec cette fois deux candidats de l’opposition, Emmanuel Akitani Bob émergeant en tête des deux). C’est bien pourquoi, déjà en 1998 et en 2003, les militaires avaient confisqué le dépouillement des urnes et/ou le décompte des résultats.

    Sans s’être livrés au même calcul, tous les diplomates de la planète savent au moins intuitivement que Faure Gnassingbé a été largement battu. Quand ils disent publiquement le contraire (essentiellement les Français et les Africains francophones), ils commettent une forfaiture à l’égard du peuple togolais, avec des conséquences en perte de vies humaines qui commencent à faire penser au putsch de Pinochet en 1973. Oseront-ils persister dans cette voie ?

12    2009-10-20 04:20:31   cichok

  • APPEL DU 18 FEVRIER 2010 ???!!!!

    ÉLECTIONS TOGO : REFUSER LA MASCARADE ELECTORALE

    APPEL :

    - Au Président de la République française,

    - Aux Etats Membres de l’Union européenne,

    - Au Président de la Commission européenne,

    - Au Secrétaire exécutif de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO),

    - Au Président de l’Union Africaine,

    - Au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations-Unies.

    Alors que de nombreux observateurs du scrutin présidentiel du 24 avril 2005 ont constaté une mobilisation massive du peuple togolais en faveur du candidat de l’opposition unie, le pouvoir en place, mené par le fils du défunt dictateur Eyadéma, a organisé une vaste opération de manipulation, démontrée par les faits suivants :

    - l’interdiction pour les média privés de couvrir les 2 dernières semaines de la campagne électorale,

    - le refus du gouvernement togolais d’intégrer des représentants des partis d’opposition dans les instances locales de révision des listes et de distribution des cartes, opéré au strict profit du candidat du pouvoir,

    - de nombreuses intimidations et exactions commises par des agents des forces de l’ordre et des milices du parti présidentiel dans les jours précédant le scrutin, - le refus du gouvernement togolais de permettre la présence des représentants de l’opposition dans les bureaux de vote pour participer au contrôle des opérations de vote,

    - le saccage du centre informatique de contrôle du candidat de l’opposition,

    - la saisie et la destruction d’urnes par des éléments armés,

    - des actes de fraude électorale constatés dans de nombreux bureaux de vote de la capitale (votes multiples, falsification de cartes d’électeur et de bulletins…),

    - l’immixtion violente de l’armée tout au long de la journée du 24 avril,

    - la longue coupure de la quasi-totalité des moyens de télécommunication jusqu’à la proclamation des résultats le 26 avril et au-delà.

    Fort du soutien sans faille de la Présidence de la République française (complice depuis quatre décennies de la dictature Eyadéma), sous l’attitude bienveillante du représentant des Nations-Unies et avec la complaisance de la CEDEAO derrière laquelle s’est retranchée l’Union européenne pour l’observation du scrutin, le Gouvernement togolais a osé annoncer la victoire de son candidat, créant un climat quasi insurrectionnel.

    De ce qui précède, les signataires exhortent la communauté internationale à :

    - refuser de cautionner cette mascarade électorale,

    - ne pas reconnaître le candidat déclaré "vainqueur",

    - agir pour permettre l’organisation de nouvelles élections présidentielles, dans un délai raisonnable, contrôlées par l’Union Européenne et par l’Organisation des Nations-Unies, sur la base d’un recensement réactualisé et fiable. PRET A LA REDONDANCE UNE NOUVELLE FOIS ???

13    2009-10-21 16:41:01   a ta conscience

  • La position du Président Faure peut aussi s inscrire dans une vision d équité de la ca gestion publique. Si Le Président est redevable à un parti politique, il faut que ce dernier pose clairement le problème dans un esprit de convivialité et ceci dans l intérêt du peuple qui n a que btrop soufert. Quant à l action gouvernemental avec le PM Houngbo, l on peut dire en toute objectivité qu il y a progrès

14    2009-10-22 11:46:36   chagrin

  • Au vu de tout ce qui se prépare,les forces en présence et leurs moyens, il n est aucun doute que Faure gagnera ces élections par tous les moyens, légaux ou pas.Alors pour éviter que le sang d innocents ne coule encore sur la terre de nos aïeul et que le peu d argent dont nous disposons soit jeté une fois encore aux vautours ; que pensez-vous de cette idée ? maintenir faure au pouvoir avec un vrai gouvernement d union et d urgence national fait de technocrates et politiciens avec une feuille de route et des objectifs à atteindre, faire les états généraux de tous les secteurs du pays. kofi

15    2009-10-22 15:07:30   K. Kofi FOLIKPO

  • Cher Chagrin,

    Votre idée n´est pas nouvelle, puisque c´est ce que l´Organisation PYRAMID of YEWE a proposé avec Force et Détails au Congrès Mondial de la Diaspora à Bonn en Juillet !!!

    Ces Propositions sont d´ailleurs toujours diffusées sur votre Puissant Journal en Ligne TOGOCITY !!!

    Allez sous les Liens suivants pour les consulter :

    - 1. http://www.togocity.com/article.php...

    - 2. http://www.togocity.com/IMG/Proposi...

    Pourquoi diantre le sieur Faure Essozimna GNASSINGBE ne peut tirer ses propres Leçons de tout ceci et prendre courageusement ses propres Décisions à partir de toutes ces idées, sans tenir compte des manipulations venant des Debbasch, Edem Kodjo, Bodjona, Bawara et autres ???

    K. Kofi FOLIKPO

    PYRAMID of YEWE



Les propos injurieux et les insultes ne sont pas tolérés sur ce site. Les attaques personnelles seront systématiquement supprimées.


L'inscription est obligatoire pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous

Déjà inscrit ?  Saisissez votre pseudo, mot de passe et réaction
Nom ou pseudo
Mot de passe Mot de passe oublié
Avis
 

 

A propos de l'auteur


Abalo Kpéouzim



Contactez-nous | Mentions légales

Copyright 2005 - www.togocity.com - All rights reserved -
Site developpé avec SPIP sous licence de logiciel libre (GPL)