Politique


11 mars 2010

Mais où est donc Fraude Eyadema ?

Faure Fraude Eyadema a quitté le Togo avant même la proclamation des résultats par ses poulains. Et pour cause il fallait que danser un ballet diplomatique pour faire accepter son nouveau coup d’Etat au monde entier en rendant une visite de courtoisie à ses réseaux. Paris ? Niet refus de Sarkozy de jouer dans la cour de récré où l’invitait le morveux d’Eyadema père. Alors ce sera le Burkina, la Lybie, Jean Ping au siège de l’UA, et..... tenez vous bien le saint siège. On comprend d’où viennent les infos qui ont permis de mettre la main sur les preuves et le matériel informatique du FRAC.
Ensuite retour au Togo en catimini et puis... en vitesse chez des charlatans pour se blinder avant de sortir de son trou. Faure Eyadema dans un couvent de charlatans ? Qui l’eut cru que ce monsieur soit poltron à ce point pour aller se chercher refuge et protection chez de sombres charlatans. Le Pape ne pouvait-il pas lui procurer la protection qu’il s’en est allé quémander ? L’une de nos sources proches du Vatican nous a annoncé une visite privée au pape. Pour légitimer son hold-up ? Il avait fait un voyage similaire en 2005 accompagné de sa maman qui conçoit et tolère que son fils fasse assassiner et tuer les enfants des autres. Drôle de mère. Nous vous en dirons plus dès que possible sur ce voyage au Vatican.

Mais au fait de quoi a peur ce monsieur ; n’a-t-il pas acheté récemment une maybach à l’épreuve des balles explosives et dont le système de blindage équivaut à la résistance qu’offre un char ?
Faut-il se dire que cela ne suffit plus ? Assurément non et de raison car à ne point en douter comme l’affirment certaines sources le criminel de février et avril 2005, aurait peur qu’en l’état des choses, ne lui arrive ce qu’a vécu il n’y a pas si longtemps Mamadou Tandja.
Et il a raison le bougre quand on sait que dans le vote des militaires il n’a obtenu qu’un peu plus de 6% des suffrages exprimés. A cela si on ajoute la grogne en sourdine dans les rangs la probabilité augmente. Conséquence les différents corps de l’armée sont consignés dans les casernes. La raison officielle en est qu’il s’agirait de pouvoir mobiliser les forces de sécurité que pourraient nécessiter les troubles prévisibles du fait du hold-up électoral opéré par Tabiou (qui on l’avait caché aux Togolais émargeait au ministère de Bodjona comme conseiller technique avant de devenir président de la CENI) et Homawoo au profit de Faure. Mais somme toute, la réalité est ailleurs, les voleurs ont peur que la grande muette ne soit contaminée par la révolution qui est en train de se préparer dans le pays.

Quoiqu’il en soit Faure et ses amis ont du souci à se faire car les militaires togolais dans leur majorité en ont plus que marre ; et on peut dire que le pire est devant eux (Faure et ses amis), et qu’ils verront lorsque ces hommes en habit vont se lever pour dire que « le sentiment a assez duré ».
Il faut l’avouer personne n’aimerait être à leur place quand cette heure sonnera. Les gris-gris des charlatans qui l’hébergent aujourd’hui, au motif de le « blinder » contre les mauvais sorts et les projectiles ne seront d’aucun secours.

Le chien ne mord pas quelqu’un qui n’est pas là, nous a dit quelqu’un et il y a plus d’un qui aimeraient mettre un terme à ce foutage de gueule que nous subissons depuis février 2005 après la mort d’Eyadema qui a été vécu par beaucoup de Togolais du Nord au Sud comme une libération et le début d’une époque prospère pour le Togo qui allait voir ses fils se mobiliser avec leurs talents pour construire une œuvre digne de son nom.

Lorsque le jour tarde à se lever la sentinelle allume un feu de bois...

Abalo Balakyem Kpéouzim


Vous avez dit

1    2010-03-11 11:13:03   Sandra

  • COMMENT NOUS POUVONS LES AIDER LES PERSONNELS DE UFC ARRÊTÉ DEVRAIT ÊTRE DÉFÈRE CE JEUDI Á LA PRISON DE LOMÉ-TOGO ?

    JEAN PIERRE FABRE QUI A GAGNÉ LA CENI A TROMPÉ DE NOM : 1er)FABRE ET 2eme)FAURE.

    COMMENT NOUS POUVONS LES AIDER LES PERSONNELS DE UFC ARRÊTÉ DEVRAIT ÊTRE DÉFÈRE CE JEUDI Á LA PRISON DE LOMÉ-TOGO ?

    JEAN PIERRE FABRE QUI A GAGNÉ LA CENI A TROMPÉ DE NOM : 1er)FABRE ET 2eme)FAURE.

    COMMENT NOUS POUVONS LES AIDER LES PERSONNELS DE UFC ARRÊTÉ DEVRAIT ÊTRE DÉFÈRE CE JEUDI Á LA PRISON DE LOMÉ-TOGO ? JEAN PIERRE FABRE A GAGNÉ CETTE ÉLECTION DU 4.3.2010 !

2    2010-03-11 11:21:58   Delaz

  • C est peut-être subsidiaire comme remarque mais lorsqu on veut rédiger un article "sérieux" sur une question aussi sérieuse que la situation actuelle de notre pays, la moindre des choses est de connaître le nom des protagonistes. Tout ceci pour dire que Faure est un Gnassingbé, pas un Eyadéma (prénom de son paternel). Alors je veux bien Faure Fraude Gnassingbé (et non Eyadéma, qui soit dit en passant était aussi un bon fraudeur). Merci

3    2010-03-11 11:25:52   jeanpierre2

  • "Lorsque la sentinelle allume un feu de bois..." c est quelle n est plus trop sure du levé du jour !!!! Mes frères Togolais, la sentinelle ne doit pas allumer le feu de bois, car certain de son jour qui déjà se lève . Nous n avons plus de devoir de remetre a demain. Peace & Love

4    2010-03-11 11:27:39   Mignazozo

  • J aimerais juste lancer un appel à Monsieur Faure, je sais qu il est d une part manipulé mais d autre part il est après tout un homme doué de bon sens, et par conséquence peut prendre des décisions personnelles et fructives pour l intérêt général : je lui demande de lancer un reguard humain vers ce peuple qui souffre depuis longtemps, et accepter la défaite il sera très salué par toute l humanité, et son acte sera gravé dans la mémoire pour des générations et générations. je lui laisse de lire cette maxime de E. Kant : "Agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée en règle universelle". à bon entendeur... je veux revenir dans mon pays avec fierté, je vous aime peuple togolais, courage

5    2010-03-11 12:48:13   kevin

  • Bodjona peut nous dire ce qu il a obtenu comme diplome et sa compétence. Prenons le gouvernement au Togo. 80% des ministres sont : soient des retraités (maitre d école primaire ou secondaire) ou des gens sans diplome. Si ces gens quittent leur pouvoir ils vont se retrouver au chomage à vie. C est pour ça qu ils luttent pour rester au pouvoir. Exemple qu est-ce que Bodjona peut faire s il quitte le gouvernement étant donné qu il n a aucune compétence professionnelle.

6    2010-03-11 13:07:07   COUSIN

  • On a besoin de savoir ou etait caché faure Eyadema c est pas interessant pour nous les togolais. Faure revient bientot prèter le serment.Parlons à present des elections 2010 et ses resultats en cours merci

7    2010-03-11 13:16:07   jero77

  • Avant les elections il avait consulte les devins, charlatans,les marabouts a coup de millions mais aucun d eux n avaient predit un jour meilleur pour lui, mais +tot la fin de son regne. Au fait Faure est un peureux il n est courageux, Faure n est pas un leader,au sens vrai du therme mais un aventurier. Ils ont trop joue avec la vie des Togolais. Faure un conseil et medite cette parole : LA FORCE DU ROI NE SE TROUVE PAS DANS SON ARMEE, NI AUPRES DE SES CONSEILLERS MAIS EN SON PEUPLE. Faure, renonce ce pouvoir qui n est pas a toi si tu entete, tu ne veras pas la fin de 2010. Car Bodjona, Bawara, Debasche, Katanga, et Solitoki ont deja scelles ton sort derriere toi. Faure,le peuple Togolais, la communaute dite internationalle n ont pas reconnu ta victoire ; se n est l oeuvre de Debasche qui ponde ses communnikes et tu le sais tres bien ke moi. Je suis ton oncle de Kloto ki te dit quite cette place qui ne t appartient. Faure, ton entourage ne t aime pas tu le sais ke kikonk, ils ne portent pas dans leur coeur, Faure ta vie est sur une bombe a retardement mine dans ton cas et au tour de toi. Faure, souvient toi de ce ke ton beau pere monsieur Bolouvi t avait dit, souvient toi de ce ke ton pere defunt t avait dit apres sa mort et lorske tes oncles kabye l avaient consulte. Faure prend la vie d un bon cote et tu vivras. Ton oncle de Kloto

8    2010-03-11 14:12:04   koss

  • bjr, mais où se trouve cette coordianation que Jean Kissi savait si bien déféndreet où est ce jean kissi même, son éloquence me manque tellement (lol). soyons sérieux des gens qui disent détenir des moyens je dirais mieux des stratégies pour sécuriser l issue des élelctions je veux nommer tchassona jean kissi et que sais je encore brusquement ont perdu leur langue. réveillez-vous mes chers faites profiter au peuple votre stratégie de réclamation de la victoire.

9    2010-03-11 14:50:34   CICHOK

  • NOUS EXIGEONS LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DES DÉTENUS ET PRISONNIERS POLITIQUE DE FRAUDE GNASSINGBE

    ALERTE ALERTE ALERTE Nous patriotes Togolais regroupés au sein de Togo Alternance, Lançons un appel solennel a toutes les institutions internationales, sur la gravité des violations des droits de l’homme au Togo par le régime de non droit de Faure Gnassingbé. Exigeons, la libération immédiate de tout les membres et sympathisants des forces démocratiques du Togo, emmenés pour une destination inconnue au cours de la manifestation pacifique du 09 mars 2010 au Togo, et de tout les prisonniers politiques, auteurs présumés du faux coup d’État de la nuit pascale du 14 avril 2009.

    1 Kodjo Jérôme Kouma (UFC) 2 Kokou Jérôme Glokpon (UFC) 3 Tétévi Jacob Benissan (UFC) 4 Solo Akakpo ( UFC) 5 Elliot Ohin (UFC) 6 Patrick Jondoh (UFC) 7 André Kuevi (UFC) 8 Nathaniel Lawson (UFC) 9 Fulbert Attisso (UFC) 10 Coco Guillaume (UFC) 11 Gérard Adja (OBUTS) 12 Emmanuel Atayi (OBUTS) LES PRESUMES COUPABLES DU FAUX COUP D’EÉTAT : 13 Kpatcha Gnassingbe 14 Commadant N’Molaou 15 Chef d’escadronAbi Atti 16 chef d’escadron Olivier Amah 17 Capitaine casimir Dontema 18 Capitaine Bagoubadi Gnassingbé 19 Adjudant chef major Assétina Toukoussala 20 Adjudant-chef Adam Tchara 21 Sergent-chef Kossi Kebera 22 Sergent -chef Maza Agnam 23 Sergent Palakam-Zémani Padaro 24 Sergent Abalo Papali 25 Sergent Madabouwé Baouna 26 Sergent Bitié Lare 27 Second maître Esso Sizing 28 Caporal Pyabalo Karoue 29 Elève Kao Atcholi 30 Mèveidom Kamouki 31 Officier adjoint Eyadèma Nayo 32 Capitaine Lambert Adjinon 33 Adjudant-chef Ougbakiti Seidou 34 Lieutenant de Gendarmerie Efoè Sassou 35 Essolizam Gnassingbé 36 Julien Gnassingbé 37 Esso Gnassingbé 38 Kouma Toweli 39 Sondou Tchinguilou 40 Jaurès Tcheou 41 Saîbou Moussa 42 Jean Awade 43 Gaêtan Kapitan 44 Toyi Kplante

    Fait à Bruxelles, le 10 mars 2010 Président J.C.L Togo Alternance

10    2010-03-11 14:53:34   dominko

  • Ceux qui pensent que le Togo d Eyadema est encore le Togo du Faure se trompent.Ces arrestations à tort et travers ne feront plus reculer les Togolais cette fois-ci c est jusqu à la victoire du Frac ces sieurs de RPT nous prennent comme des imcapables et Faure joue avec la confiance des Togolais c est fini pour lui a force de suivre chaque temps les monstres de Reptiles comme Bojona ;bawara;Solitoki

11    2010-03-11 15:12:41   CICHOK

  • Le pari de fraude gnassingbé d organiser des élections irréprochables est perdu._ Qu il prenne ses responsabilités._

12    2010-03-11 15:22:28   Bilazi

  • Quelle différence y at- il entre un officier supérieur voire un chef d´Etat-Major et une bonne revendeuse de begnets au bord de la route ? La reveudeuse de begnets gagne honnêtement son argent à la sueur de son front.L´officier supérieur des Fat vient malhonnêtement du contribuable togolais sans rien faire. Ils n´ont jamais été au front, de combat comme les armées maliennes, nigériennes,tchadiennes, qui le plus souvent affrontent les rébellions touaregs.Tels des généraux ,Gnofame,Titikpina,Seni Memene, Nadja Zakari, Les Yark, Bitenewé ,Kadanga Felix,etc... Ils ne valent pas un caporal nigérien,ni malien. Viens encore,le Général Essofa Ayeva. un autre dindon de Faure Gnass. C´est des titres ronflants pour rien. Sans grande valeur pariotique. Toujours l´argent la bonne bouffe et les femmes cleurs.Cette-fois-ci, ils sont tous ridiculisés devant le peuple. Des tenues et galons brillants pour rien Honte à vous. Vaux-mieux avoir des femmes à leur place.THcioooo.

13    2010-03-11 15:34:01   MIKOMOT

  • Vous oposition Togolaise, vous êtes modite ! aveuglée et malade, insatiable et bornée. Avec ce comportement il vous sera difficile d avoir le pouvoir au TOGO. Vous allez mourire dans votre pauvrété. Espèce de cons mal habilés

14    2010-03-11 15:39:53   Zao Mateo

  • Où est passé Faure ? Aujourd hui Faure n a plus de maison. Plus rien au monde ne lui appartient. Les plus forts(l opposition ) ont triomphé de leurs raisons. Un chef qui n a plus pour trône qu un rocher. Et pour royaume un coin dans le maquis. Combien de temps restera-t-il caché ? Caché dans un trou comme des rats. Parole de notre regretté compatriote TASSANE.Il s irrite quand le fort écrase le faible. IL s irrite quand on tord la vérité. PAIX à ton âme , TISSANE OUYI.

15    2010-03-11 15:46:09   le franc macon

  • PRESIDENTIELLE TOGOLAISE : La dérive partisane d’Obasandjo jeudi 11 mars 2010

    Réagissez (1) Imprimez Envoyez Partagez Partagez :

    Dépêché à Lomé lors de la récente élection présidentielle, le vieux général était suspecté de partisanerie. Sa sympathie pour le candidat Faure est, semble t-il, bien connue dans la capitale togolaise où il n’a pas pu éviter des altercations avec des militants de l’opposition. En effet, on l’aurait aperçu jouant au vigile et rabrouant des opposants dans les bureaux de vote. L’ancien président n’aurait-il pas dépassé ses prérogatives ? Auquel cas, l’Union africaine aurait commis une grave erreur en le désignant à la tête d’une telle mission ! Quels critères ont-ils donc prévalu à sa désignation ?

    Par le passé, les démocrates africains avaient condamné la France pour avoir rapidement entériné, avant même la Cour constitutionnelle, les résultats de scrutins favorables au clan au pouvoir. Cette fois, Sarkozy qui a certainement appris la leçon, a opté pour une véritable rupture en observant la réserve. Une réserve qui semble avoir agréablement surpris le continent. Tout comme le comportement des observateurs de l’Union européenne qui n’auront pas été excessifs dans leurs appréciations du scrutin. La moindre erreur pourrait entraîner de graves préjudices.

    Dans les événements du Togo en particulier, il faut surtout déplorer la tendance à vouloir créer les conditions d’une résurgence de la violence. On semble chercher les problèmes, notamment en poussant les opposants à la faute pour ensuite justifier la répression. Sinon, pourquoi arrêter les opposants, violer le siège de leurs partis politiques, juste au lendemain d’une élection sans histoire ? Pourquoi s’acharner contre des militants qui usent de leur droit à la libre expression ? Pourquoi confisquer leurs outils de travail ? Pourquoi les forces de sécurité se muent-elles aussi subitement en forces de répression qui agissent de manière partiale et non républicaine ? Pourquoi donc ces saccages ? Pourquoi avoir peur de l’expression d’une soif du changement ? Pourquoi s’efforcer d’organiser des élections qui finissent par se révéler comme une mascarade suivie de violences et de morts d’hommes ?

    Gagnées par l’ivresse de la victoire, les autorités togolaises semblent oublier que la démocratie nécessite un minimum d’apaisement et l’acceptation de la différence. Ce faisant, le camp de Faure fait faire un grand recul au Togo. Le président Faure doit se rappeler constamment qu’il a encore de sérieux efforts à fournir s’il veut faire oublier à ses compatriotes et à l’Afrique la gestion de feu son père. A lui d’apprendre à être équitable, de savoir gérer ses militants et la troupe, pour éviter qu’à nouveau, le Togo ne sombre dans le cycle de la violence. La culture de la démocratie signifie aussi savoir attendre la proclamation des résultats et éviter les procès d’intention. Le droit à l’information confère à l’opposition le même droit qu’au camp présidentiel de disposer des procès-verbaux et d’en faire usage. En outre, la démocratie républicaine lui donne le droit de disposer de ses propres structures de compilation des données et d’exploiter ces dernières pour porter la contradiction au pouvoir en place. Bafouer des droits aussi élémentaires, c’est non seulement faire preuve d’ignorance, mais encore donner le sentiment que le réflexe de la pensée unique et inique perdure dans ce pays.

    Finalement, pourquoi continuer à mobiliser des fonds pour des missions d’observation ? Ne vaudrait-il pas mieux assurer le financement de la représentation de l’opposition dans les différents bureaux de vote où elle est absente, surtout dans les contrées reculées ? La présence de certains observateurs, notamment de l’Union africaine, doit être questionnée à l’heure où l’Afrique doit travailler à relever le niveau de la démocratie. Un certain travail a été fait tant dans l’acceptation de l’opposition au scrutin qu’à l’observation du déroulement du vote. Aujourd’hui, il apparaît important d’aller plus en profondeur, notamment dans la représentation de l’opposition partout où sa présence s’avère indispensable pour éviter les risques de dérapages. Les actes posés par le général Obassandjo sont compromettants pour les missions d’observation de l’UA. On n’est pas bien loin de croire que la reconversion de carrière ne semble pas bien réussir à l’ancien président du Nigeria qui s’investit dans les missions de paix ou d’observation des élections.

    En apparence très facile, parfois même inutile pour le commun des citoyens, le rôle des missions d’observation commence sérieusement à intriguer l’opinion africaine. Les observateurs africains en particulier, tendent à devenir des fonctionnaires qui oeuvrent pour le maintien du statu quo, s’ils ne caressent pas ouvertement le pouvoir dans le sens du poil.

    Faire de l’observation en période électorale en Afrique n’est certainement pas chose aisée. Beaucoup de sommes d’argent sont généralement englouties dans ces missions aux intérêts divergents. Les observateurs exposent leur personne et se trouvent constamment tiraillés entre les pouvoirs établis et l’opposition. La mission devient encore plus difficile lorsque l’expérience démocratique est en plein balbutiement. On voudrait que la culture démocratique avance et qu’elle s’intègre harmonieusement dans les pratiques politiques quotidiennes. Etant donné les enjeux, la tâche qui attend les observateurs s’avère alors immense. Leur rôle consiste, entre autres, à s’assurer de la participation libre et pleine des candidats et des citoyens, de même que de la transparence du scrutin. Il reste que pour les partisans du pouvoir, certaines appréciations passent pour de véritables chèques en blanc. Dire qu’il n’y a pas eu trop de problèmes ne signifie nullement qu’on cautionne des résultats ! Sinon, quelle serait alors la valeur de la caution que les observateurs donnent de la tenue d’un scrutin ? Tout au long de leur mission, les observateurs internationaux doivent savoir faire preuve d’impartialité. Au lendemain du scrutin, ils doivent aussi savoir gérer leurs appréciations. En effet, étant donné l’aspiration au changement, l’exaspération peut atteindre son paroxysme lorsque les probabilités d’alternance sont nulles au lendemain du scrutin. C’est dire combien le zèle de certains observateurs peut déranger. Tel est le cas du général Obassandjo, chef de mission de l’UA.

    "Le Pays"

    1 Message PRESIDENTIELLE TOGOLAISE : La dérive partisane d’Obasandjo 11 mars 09:17, par Bédjou Le comportement de Mr OBASANDJO, n’est pas surprenant. Souvenez vous de sa conduite face à la situation Togolaise à la suite de la mort d’Eyadema. Il a eu de profondes divergéance avec avec Mr Alpha Omar KONARE qui était à la tête de l’UA. OBSANDJO n’est pas un démocrate. Il a tenté de modifier les choses chez lui pour se reconduire à la têted du pays. Il a été battu ; L’UA devrait effectivement mettre du sérieux dans la désignation de ses observateurs, si elle veut se faire respecter par la communauté internationale.

16    2010-03-11 16:14:30   Ricky, The power of observation

  • .

18    2010-03-11 17:09:17   norma

  • Faure est un garcon humble et calme,, il veut bien quitter le pouvoir et vivre longtemps mais si le faisait, que deviendraient les reptiles ??? Moi je lui dis de ne pas se consacre á ce lourd sacrifice, car s´il entéte, il pourrait le regretter plus tard il est assez jeune et intelligent pour décider lui-méme.S´il est vraiment conscient de sa soit-disant victoire , il doit considerer la réaction des togolais aprés la proclamation...je veus savoir...

19    2010-03-11 17:12:33   Dagbevi

  • Comme d habitude, il se terre dans son son palais pour laisser ses hyenes faire le sale boulot, pour revenir en surface lorsque le ciel pour lui sera plus claire, et clamer haut et fort qu il le nouveau messie togolais ! J aurai bien aime le rencontrer un de ces 4...

20    2010-03-11 17:13:48   Faurvigan

  • Il n est pas question de badiner sur les noms ou prenoms de qui que ce soit. Faure Eyadema n est pas qu un nom mais aussi et surtout un titre sinistre et froid lourd de sens. N allez donc pas croire que l on ne connaisse pas les noms ou prenoms des protagonistes. Il ne s agit pas ici d archives d etat civil mais d un article redige par un esprit clair, un desespere ronge par la colere et la revolte, au sujet d une societe secrete aux intentions amorales qui a pris entre ses griffes un peuple innocent et sans defense. Alors Mr le Maire, epargne nous tes lamentables remarques. Lorsque le point A est confondu au point B, ce point peut etre designe du nom de A ou B. C est aussi simple que ca. Tan mieux si tu as compris si non tan pis.

21    2010-03-11 17:27:51   LA FLECHE

  • JE RAPELLE A LA REDACTION DE TOGOCITY QU ELLE DIT QUE LES PROPOS INJURIEUX ET LES INSULTES NE SONT PAS PERMISES SUR CE SITE. JE CONSTATE AVEC AMERTUME QUE C EST PLUTOT CET ETAT DE CHOSE QUI EST AUTORISE SUR LE SITE. DE PLUS JE VOUDRAIS RAPPELER AUX RESPONSABLES DE TOGOCITY QUE PERMETTRE QUE DES GENS LAISSENT DES MESSAGES QUI APPELLENT AU MEURTRE ET DES MESSAGES QUI FONT L APOLOGIE DE LA REBELLION EST PASSIBLE DE POURSUITE JUDICIAIRE. QUE LA REDACTION PRENNE CES DISPOSITIONS POUR S EVITER DES PROBLEMES A LA LONGUE. MERCI

22    2010-03-11 17:33:12   Manibadam

  • Hello abalo K

    you have no credibility because great number of your posting are based on fictions, lies, imagination and illusion.

    I m pretty certain i m not wrong when I said Fabre is not the right candidat. Did somebody follow how he handling the situation, if yes tell me your impression. I m not impress. Our socalled elected prego still expose such arrogance once again, well I have news for him people are going to show this thug how wrong he is.

     

    Thanks

23    2010-03-11 17:51:06   Faurvigan

  • Faurevi Eyadema a pris le maquis.Ca C est sur. Mais pourquoi ? Il n ya que deux alternatives. 1 Soit il a reussit a se defaire des liens de ces chameaux qui lui imposent le fauteuil presidentiel, et donc a decide de sauver sa peau parce qu il ya plus de femmes que d hommes dans le monde et que de belles jolies cuisses quelques parts dans le monde l attendent avec le compas tres grand ouvert.

    2 Soit il a eu une peur bleu surtout avec l arrive de koffi Yamgnane qui vient de France dont les relations avec Faurevi Eyadema ne sont plus meilleurs. Comme quoi Koffi avec le vent francais en poupe serais arrive avec la cle, ce que l opposition attendait depuis des decenis pour pouvoir valablement affronte les bisons Gnassiques qui comme leur chef Gnass lui meme ont spontanement fait le voyage du temps,depuis le Jurassique jusqu au 21e Siecle pour rendre la vie impossible aux HUMAINS. Alors Le petit morveux de Faure Eyadema aurais pris sa jambe a son cou en tremblant comme une poule mouillee, craignant une eventulle equilibre de la terreure.

24    2010-03-11 18:06:27   Faurvigan

  • you mtherfucker d better shut the fuck up. what the hell are you doing on Earth ? You d better go back to planet coz everybody on earth knows that is not a matter of someone being the man of the situation. This is a matter of CHANGE, change do understand that ? It is time we saw something else. Not always the same thing. Be it Fabre, yawavi, yourself or even a goat or a chicken it is all right as long as we could see something other than Gnassingbe and RPT ok ? So in short, we don t care who the candidate is, provided Faurevi Eyadema & Co leave the power. Did I make myself clear ????

25    2010-03-11 18:22:43   immigration choisie

  • A mon avis l occupant de Lomé 2 ,réapparaitra juste après la proclamation des résultats de sa cour constitutionnelle .Question de SYMBOLE .C est une habitude de faussaire.

26    2010-03-11 18:44:35   Mitochondrie

  • De n importe quoi. Mr Abalo Balakyem Kpéouzim est taré fin, un stupide que je n ai jamais rencontré, il dit n importe quoi. Je ne sais pas s il a mis pied à l école. a Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a publié samedi dernier, les résultats provisoires de la présidentielle du 4 mars. Selon les chiffres publiés, le président Faure Gnassingbé est « provisoirement » réélu avec 60,92%.

    Le candidat du Parti Démocratique Panafricain (PDP) Bassabi Kagbara arrive en 6e position avec 0,41% des voix. Ce dernier affirme ne pas se retrouver dans les chiffres publiés par la CENI, mais appelle au calme, car pour lui, "la rue n’est pas la meilleure voie" pour obtenir satisfaction. Savoir News : Quel regard jetez-vous sur les résultats provisoires de la Ceni ?

    Bassabi Kagbara : Je voudrais d’abord remercier et féliciter toute la population togolaise pour avoir fait preuve de maturité et d’un comportement citoyen au cours de la campagne surtout pendant les opérations de vote. Jusque là, je voudrais leur demander de garder le calme pour trouver une solution aux problèmes qui se posent actuellement. C’est l’occasion également d’adresser mes félicitations à tous les militants du PDP-CODEP, ainsi qu’à nos sympathisants qui n’ont ménagé aucun effort pour nous manifester leur adhésion, leur volonté de voir changer les choses au Togo. Un remerciement aux partenaires en développement qui ont accordé leur appui permettant à ce scrutin d’être effectif dans de bonnes conditions. En ce qui concerne les résultats, nous pensons que nous ne nous retrouvons pas dans le score qui nous a été attribué. Pour la bonne raison que nous avons, au cours de la campagne, apprécié la mobilisation et l’adhésion de la population. Mais, nous ne voudrions pas en faire un problème de rue, c’est pour cela que nous appelons tous les acteurs politiques, qu’on se retrouve pour trouver une solution apaisée à la situation qui a été créée.

    Savoir News : Pour une première expérience, peut-on parler de déception ?

    Bassabi Kagbara : Déception, oui et non. Oui d’abord parce que le score comme je venais de le dire plus haut, s’il devrait être une réalité, je ne crois pas que ce soit cela, puisqu’il y a un sondage qui a été fait par une société étrangère - je crois marocaine- et qui nous situait au 3e rang avec 7% et qui donnait à peu près d’autres estimations qui ont été vérifiées pour ce qui concerne l’attribution du taux qui nous a été accordé. Non, parce que, pour une première expérience, c’est un bon score. Au PDP, nous avions apprécié et avec nos militants, nous sommes satisfaits de ce que nous avons pu faire sur le terrain et du rang que nous occupons pour un premier essai. Mais, c’est du côté de ceux qui gèrent les élections, je veux dire la CENI et les autorités. Il faudrait que ceux là apprécient les choses de façon objective, pour que les prochaines fois, les efforts fournis par les uns et les autres soient vraiment connus. C’est tout ce qui peut nous permettre d’évoluer et de faire évoluer le Togo vers une démocratie apaisée.

    Savoir News : D’aucuns vous tassent d’être très proche du pouvoir. D’autres n’hésitent pas à vous soupçonner d’être en pourparlers par le pouvoir pour votre entrée au prochain gouvernement. Qu’en dites-vous ?

    Bassabi Kagbara : Je ne crois pas que ce soit notre premier objectif. Nous aurions pu rentrer dans le gouvernement du président Faure Gnassingbé si nous avions voulu le faire un peu plus tôt.. Mais, si aujourd’hui, les circonstances le permettent, ça dépendra de quelle manière. Si par exemple on appelle tous les acteurs politiques, tous les candidats à un gouvernement d’union, nous ne voyons pas pourquoi, nous serions à l’écart de ce mouvement dans la mesure où nous appelons à l’apaisement et à la gestion du pays.

    Savoir News : L’UFC réclame depuis samedi, sa victoire en multipliant des manifestations de rue. Pensez vous aujourd’hui que la rue est la voie normale pour obtenir satisfaction ?

    Bassabi Kagbara : Par principe, nous n’apprécions pas la voie de la rue, parce qu’elle a des conséquences néfastes sur le climat politique du pays en général et sur le développement des affaires. Vous avez vu que depuis quelques jours, Lomé est devenu comme un pays qui est en guerre. Nous n’apprécions pas cette voie et c’est pour cela nous faisons appel à nos collègues de l’opposition de l’UFC et des autres partis pour que nous puissions chercher d’autres voies qui permettent de ne plus plonger le pays dans la détresse. Il faudrait qu’on évite d’aggraver la situation du pays. Nous pensons que cette voie, elle n’est pas la meilleure, d’autres voies peuvent être empruntées.

27    2010-03-11 18:57:45   CICHOK

  • Togo : Marche de protestation des étudiants ce matin à Kara

    Les étudiants de l’université de Kara ont marché ce matin pour protester contre les arriérés de leurs « aides » et dénoncer le manque d’égard des autorités du pays. La marche a débuté à 10 heures (GMT) à l’université située à Kara Sud pour aboutir à la présidence de l’université à Dongoyo, soit environ 4 km. Ils étaient plusieurs centaines d’étudiants à manifester bruyamment dans la ville située à 420 km de Lomé, la capitale.

    Les étudiants scandaient des slogans hostiles au pouvoir RPT et au président de l’université Mr Tchakpélé. « Tchakpélé RPT voleur ! Tchakpélé démission », était le leitmotiv de la marche de ce matin. Plusieurs mécontents de la ville ont grossi par la suite les rangs des étudiants. « Je suis sympathisante de la cause des étudiants de Kara, trop c’est trop ! », assure amèrement une jeune infirmière.

    Un dispositif très impressionnant de la police a encadré la manifestation.

    Les étudiants ont promis de poursuivre leurs actions si les autorités continuent à afficher du mépris pour leur cause.

    L’université de Kara, la deuxième du pays, connait de graves difficultés à l’instar de celle de Lomé.

    A suivre…

    ( www.mo5togo.com )

28    2010-03-11 19:08:31   BOSSA

  • Je ne comprends pas ce FABRE.IL commence à me décourager.
    - Vendredi 05/03/10 il se reclamait vainqueur de l élection présidentielle du 04/03/10 avec 55 à 60%
    - Samédi 06/03/10 il se proclamait président de la république
    - Lundi 08/03/10 il annonçais la formation de son gouvernement dans quelques heures.Jusqu alors rien de tout cela.Il appelle à une marchede protestation le mardi 09/03/10 qui a réuni à peine un millier de manifestants très vite dispersés par les forces de sécurité.Ce même mardi après-midi on nous informe que la gendarmerie a investi le QG informatique et ramassé le matériel.C est incroyable.FABRE même faisait toutes ces déclarations en se basant sur quel résultat ?Il y a trop de contraditions dans les prises de positions du FRAC. AGBEYOME qui après les resultats provisoires avait apporté son soutien au FRAC et demandé à la population de se mobiliser pour arracher la victoire de FABRE demande l annulation du scrutin alorque le FRAC reclame la victoire.Avec ça la communauté internationale ne peut pas nous prendre au sérieux

29    2010-03-11 19:08:36   Manibadam

  • Hello

    faurevigan grow up, get inform and be civilize in your posting

    Thanks

30    2010-03-11 19:15:35   faurevigbégbé

  • Faudra être intellectuellement limité pour pondre pareilles contre-vérités. Mais d un autre coté je comprend parfaitement la démarche de l auteur du présent article car il se dit que c est ce genre de mensonges qui peut mobiliser et motiver encore plus les esprits faibles à les soutenir dans leur objectifs clairement affichés de renverser le régime en place quelque soient les moyens du moment ou c est pour assouvir leurs interets macabres et égoistes.

    Par contre, je suis sidéré qu on soit obligé d arriver à cette bassesse qui n honore, ni ne valorise quelqu un qui se dit partisan de la démocratie et de l alternance politique.

    Mr Abalo, tu écris en substance : "...Et il a raison le bougre quand on sait que dans le vote des militaires il n’a obtenu qu’un peu plus de 6% des suffrages exprimés..."

    Quelles preuves as tu pour affirmer pareilles inepties quand on sait que même l UFC qui avait des representants dans la quasi-majorité des BV n a pas encore jusqu a mardi dernier compilé tous les résultats du vote ? en tout cas c est eux meme qui l affirment. Peux tu dire d ou sors tu toi tes chiffres ??? surtout ne va pas me dire que tu as couvert tous les camps militaires et de force de securité de tout le Togo...

    Crois tu vraiment en ton âme et consciences que les forces de défense et de sécurité sont dans leur majorité pour l UFC ? si c est le cas, explique alors pourquoi ce silence de leur part et surtout pourquoi obeissent-ils à la lettre tous les ordres de réprimer toute manifestation de contestation ?

    En tout cas, une chose est certaine, j étais au Lycée technique d adidogomé lors des dépuoillements et crois moi (je prends l exemple de là parce que c est ce que j ai vu de mes propres yeux même si cela ne couvre pas tout le Togo), Faure a battu largement Fabre en ce qui concerne le vote des militaires du camp d adidogomé. je sais, vous me direz que ce camp seul ne fait tous les camps du Togo, mais il en est l une des plus parfaites illustrations du moment ou il est situé à Lomé, fief de l opposition.

    Alors arrete d intoxiquer les gens ici avec tes balivernes à 2 balles... Merci

31    2010-03-11 19:19:11   lil

  • Manibadam, Si tu as pu lire l article en francais, pourquoi ne peut tu pas poster ton commentaire dans la meme langue. Tu es arrogant toi meme sans le savoir. Soyons quand bien meme serieux car nous parlons du present et du future non pas du passe. Par vos interventions apporter votre contribution intellectuelle meme si petite qu elle soit. Merci

32    2010-03-11 19:31:05   lil

  • Manibadan et Faurevigan, Ne pensez pas que nous vous envions pour cet englais tordu. Exprimez vous en francais et soyez claire. Merci

33    2010-03-11 19:33:01   moi-meme

  • CICHOK rassures toi, faure a réussi son pari d organiser des élections irréprochables...mais l opposition en l occurence fabre et son frac ont trop honte pour le reconnaitre.ils ont la trouille de se faire lapider par leurs militants si jamais ils le faisaient.Il faut seulement voir comment fabre tergiverse aussi bien dans ses déclarations que dans ces actes...tantot il a gagné avec 75 à 80%, le lendemain c est avec 55 à 60%. alors que jusque là il n a pas encore les resultats il s auto-proclamé president et veut former un gouvernement... comment peut on se déclarer vainqueur d une élection alors qu on a pas encore les preuves de cette victoire ? on va chercher ses preuves des jours et des des jours alors que le délai de recours constitutionnel est de 48h après la proclamation des résultats...c est du n importe quoi !!!

    fabre et frac sont trop laches pour reconnaitre leur défaite. soit il ne sont pas sérieux dans ce qu ils font, soit c est eux les fraudeurs et non le Faure...

    Par ailleurs, comment expliquer le silence plus qu assourdissant de Gilchrist, si ce n est un désaveu pur et simple vis a vis de fabre. Gil est conscient de la défaite de fabre et il préfère lui gardé le silence que de l ouvrir grandement au risque de se ridiculiser une fois de plus aux yeux de la communauté nationale et internationale.

34    2010-03-11 19:38:32   moi-meme

  • Togocity a décidé de censurer automatiquement tous ceux qui ne vont pas le meme sens que fabre et ufc...quelle lecon de liberté d expression et de démocratie !

35    2010-03-11 19:42:01   Alabama

  • Mgr Ambroise Djoliba !

    "Nyavini kôzô" ? en kotokoli, "Olé nyuièdéa" = Vous allez bien ?

    Vous êtes un grand menteur. Votre catholicité est cathodique. Vous n avez aucun sens prophétique, vous n êtes que bandes alimentaires vulgaires.

    J explique : Jusqu à preuve du contraire, Mgr Barrigah Anani Nicodème est évêque d Atakpamé. Il n est pas l Ordinaire du diocèse de Lomé. En droit canonique, Mgr Barrigah n a aucune compétence juridique sur l archidiocèse de Lomé. Le CESAL apparatient au diocèse de Lomé et relève de la juridiction de Mgr Denis Amouzou Dzakpa. En clair, Mgr Barrigah a violé le territoire de Lomé en veant y mener des incursions sans l autorisation préalable de l évêque du lieu, en l occurrence Mgr Denis Amouzou. Il s agit d une dictature épiscopale de Barrrigah. Car la nomination de ce dernier comme Président de la Commission Vérité et Justice ne lui attribue aucune compétence pastorale dans une juridiction autre que la circonscription d Atakpamé.

    Ensuite, Mgr Julien Kouto n est pas non plus l Ordinaire de Lomé. Il occupe une simple fonction à lui déléguée et ne peut en l espèce se substituer à l archevêque de Lomé. En clair, ces deux év^ques loméens sont des taupes et le peuple togolais doit les reconnaître comme tels.

    Nous n allons plus prier dans ce pays avec des évêques bandits. Ils ont livré notre peuple et ceux qui oeuvrent pour la justice en faveur des humiliés du Togo. Nous intimons l ordre à l épiscopat togolais d exiger la libération immédiate et sans condition des personnes livrées par la branche pourrie de l épiscopat au Togo. Au nom de notre baptême, nous vous combattrons, car nous ne nous laisserons pas abattre (Eph3, 13).

    Vous avez sali l épiscopat. Jamais, un magistrat ne peut convoquer un évêque (Ordinaire) sans violer l immunité diplomatique. Honte et honte à ces évêques alimentaires, Barrigah et Kouto. Hooooo na mi !

    Vous serez traduit devant le Tribunal de la Rote, à Rome, pour traitrise et violation de compétence.

36    2010-03-11 20:00:03   AKATITRI

  • TOGO = AFFAIRE MILITAIRE :

    Ce qui se passe au Togo n’est pas seulement une dénie de démocratie mais une GRAVE CRISE MILITAIRE qui dure depuis 1963.

    Tout le monde se rappelle qu’il y a 3 mois, l’Armée togolaise a réaffirmé son SOUTIEN SANS FAILLE au candidat du RPT-Armé, Mr FRAUDE Eyadema, en pleine période préélectorale. Du coup l’Armée togolaise s’était autoproclamée BRANCHE ARMEE du RPT-Armé.

    Cette armée, dès qu’il a eu connaissance des résultats partiels par la cellule électorale du RPT-Armé a décidé de CONFISQUER une fois encore les élections.

    Sans surprise, et comme nous tous nous y attendons le souffle coupé et bouche bée, la BRANCHE ARMEE du RPT-Armé a RECUPERE LE POUVOIR pour le remettre au FILS A PAPA.

    Ce qui est triste, c’est que notre pays est pris en otage par UNE POIGNEE de militaires qui contrôle l’ARSENAL, les MUNITIONS et les TROUPES D’ELITES OPERATIONNELLES. Cette poignée de militaires (10 à 20 au plus) sont tous parents proches ou fils du FAMEUX DEFUNT Etienne Eyadema.

    Comment peut-on débarquer au siège d’un Parti Politique sous PRETEXTE d’une tentative de FRAUDE et emporter les Procès Verbaux et les ordinateurs. Alors que les documents supposés falsifiés seront présentés de toute façon devant la COURS CONSTITUTIONELLE qui a autorité de desceller le VRAI du FAUX (cette Cours ayant déjà brillé dans l’invalidation de la candidature de Kofi Y. pour double date de naissance).

    LES MILITAIRES TOGOLAIS ONT-ILS LE DROIT DE VIE ET DE MORT SUR LEURS CONCITOYENS.

    Que les togolais désarmés soient DUPPES, je peux le concevoir et finir par l’accepter.

    Mais que, l’UNION EUROPEENNE et le PNUD soient HUMILIES de la sorte, je n’ose pas l’imaginer ou le penser dans mes CAUCHEMARS LES PLUS DELIRANTS :

    1- Soit l’UE est une complice passive 2- Soit l’UE est IMPUISSANTE (plutôt BANDE MOU).

    Au lieu de financer une Election ou une MASCARADE D’ELECTION sur laquelle elle n’a aucune décision coercitive, je souhaite que cette Union Européenne reste chez elle. On ne SE PORTE PAS GARANT d’une élection transparente qu’on finance de surcroit puis on se fait DUPPER aux yeux du monde entier.

    Pourquoi se donner AUTANT DE PEINE pour se FAIRE ROULER AINSI DANS LA FARINE par un régime à l’agonie.

    L’Union Européenne a-t-elle PEUR des militaires togolais ??? Ou est-elle simplement COMPLICE d’un SCENARIO écrit d’avance et connu de tous.

    C’est clair, la maladie du Togo s’appelle : MILITAIRE.

    Ainsi il faut traiter le Togo par un remède MILITAIRE.

    AKATITRI

37    2010-03-11 20:30:49   lil

  • L environment politique et economique est totaletement different de celui d avant 2005. L opposition a besoin de definir de nouvelles strategies. Il est suscidaire de continuer avec les meme methodes et esperer different resultats. Le RPT avec le petit F. avance et si nous ne faisons pas attention l opposition risuqera sa popularite en 2015. Le Togo regorgent de jeunes intellectuels qui ont fait l Europe comme les Etats Unis, pourquoi ne pas les ceder la place comme nouveaux leaders de l opposition. Il est facile d appeller a une revolte populaire mais tres difficile de la coordonner pour une victoire certaine.

38    2010-03-11 20:38:24   CICHOK

  • DÉCLARATION N° 01 SUR LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DU 04 MARS 2010 AU TOGO

    L’Organisation pour la Paix au Service de la Renaissance Africaine a pour mission de promouvoir au sein de la société africaine en général et togolaise en particulier, la gouvernance démocratique et le développement durable dans un environnement de paix fondé sur la justice, la liberté et le respect de la dignité humaine. Elle développe les stratégies du monitoring électoral assorti d’audits préventifs ; la supervision documentée des élections suivant les méthodes arithmétiques et statistiques d’agrégation des résultats des bureaux de vote visités, l’audit simultané, rapide et fiable des résultats et la facilitation pour un règlement juridictionnel et non juridictionnel du contentieux électoral.

    L’objet de la présente déclaration est essentiellement consacré aux élections présidentielles du 04 mars 2010 au Togo. En effet, et dans un État de droit épris de règles pérennes, justes et équitables, la gestion des conflits relève de la compétence et des attributions des institutions prévues par la loi fondamentale, notamment la constitution. Il revient donc, au pouvoir judiciaire à travers toutes les institutions qui en découlent d’entretenir la cohésion sociale, de maintenir la justice, la liberté et le respect de la dignité humaine dans toute société se réclamant démocratique et de l’État de droit.

    Comme nous le savons tous, la tenue d’une élection à une période ou encore à une date déterminée est le couronnement de plusieurs activités entreprises en amont du processus électoral plusieurs mois avant ce scrutin. Ainsi donc, devriez-vous nous en excuser de faire ce flash back pour inscrire les élections du 04 mars 2010 dans son contexte afin de lever tout équivoque.

    Du 02 au 07 mars 2009, la Cour constitutionnelle du Togo, le Juge du contentieux électoral, organisait un séminaire sous-régional sur la gestion du contentieux électoral dans le cadre de l’amélioration des scrutins futurs au Togo. Ce séminaire avait formulé pour une fois dans l’histoire électorale du Togo des recommandations constructives qui en principe devraient contribuer à des élections apaisées aux résultats acceptables par tous au Togo si elles ont été prise en compte par les principaux acteurs électoraux au Togo.

    Durant ce séminaire, la Cour constitutionnelle du Togo avait publiquement déclaré qu’elle n’avait pas des moyens juridiques et matériels suffisants devant la permettre d’assumer ses responsabilités dans le cadre de la gestion du contentieux électoral. Elle va jusqu’à donner un exemple clair et précis en soutenant que pour les élections législatives de 2007 au Togo, la Cour constitutionnelle n’avait eu qu’un budget de neuf millions (9.000.000) Fcfa pour gérer le contentieux électoral. Alors que dans le cadre de la gestion du contentieux électoral et nous référant aux réalités des autres Cours ou Conseils constitutionnels de la sous-région ouest africaine, presque toutes ces juridictions constitutionnelles spécialisées dans la gestion du contentieux électoral déploient des délégués bureau de vote par bureau de vote afin de collecter des résultats venant directement des bureaux de vote.

    Suivant l’une des recommandations de ce séminaire, la Cour constitutionnelle du Togo devrait déployer des délégués dans tous les bureaux de vote à l’occasion des élections futures et elle lançait un appel aux participants et aux bonnes volontés de l’accompagner dans cette nouvelle dynamique où le grand défi serait celui de la mobilisation des fonds. Notre Organisation a été représentée à ce séminaire que nous avions salué à l’époque de courageux et d’innovant. Alors, répondant à l’appel lancé par la Cour constitutionnelle à ce séminaire, nous l’avions approchée et lui avions fait une proposition de services dans le cadre de l’amélioration de la gestion du contentieux électoral au Togo croyant ainsi à sa bonne foi.

    La Cour constitutionnelle avait accepté coopérer avec notre Organisation et a instruit son Secrétaire Général d’établir avec nous un « cadre de partenariat permanent ». Voir en attaché la preuve matérielle de l’acceptation de ce partenariat par la Cour Constitutionnelle du Togo.

    Pour ce qui nous concerne, nous estimions que la Cour constitutionnelle est une institution clé du cycle électoral au Togo et elle n’est pas n’importe quelle institution, qui plus est, le juge du contentieux électoral animée par d’éminents juristes et dont certains sont encore des Professeurs de droit à l’Université. Voudrons-nous signifier que nous avions plus de ressources électorales et du droit électoral à même d’apporter une plus-value ou encore une valeur ajoutée aux prestations de la Cour constitutionnelle dans la gestion du contentieux électoral au Togo ?

    Nous ne dirons pas que nous sommes électoralement plus nantis que la Cour constitutionnelle avec la stature intellectuelle de ses juges. Mais nous avons tout de même une expérience non négligeable en matière électorale pour y avoir cumulé des expériences confortables, héritages des multiples missions d’observation électorale dans divers pays africains. Généralement et à notre connaissance, la proposition de services faite à une institution, suit toujours une dynamique dialectique souvent entretenue par un comité de validation constitué le plus souvent de techniciens et experts qui s’y reconnaissent en la matière et donc à terme et sur la base de nos propositions devraient en découler des documents bien ficelés exprimant les besoins identifiés dans le cadre de la formulation de projets électoraux de la Cour constitutionnelle en matière de la gestion du contentieux électoral.

    Pour nous, la mobilisation des fonds pour la Cour constitutionnelle, serait même plus aisée si nous arrivions à démontrer sa capacité d’absorption de l’aide publique, et qu’elle est à même de porter des projets porteurs et dont leurs exécutions permettront de résorber ou de contribuer à la résolution d’un problème récurant au Togo, notamment la contestation des résultats électoraux par les partis politiques et les candidats. En identifiant des bailleurs, notamment les partenaires en développement traditionnels du Togo, nous avions plus misé sur la mobilisation de la communauté nationale et de la diaspora togolaise dans le cadre d’une campagne de mobilisation de fonds au profit de ces projets électoraux qui une fois, permettront d’éviter au Togo des élections contestées. D’ailleurs, si le Gouvernement togolais était de bonne foi, il pouvait soutenir le financement de ces projets de la Cour constitutionnelle du Togo évalués à 2.600.000.000 de francs CFA environ. La paix, n’a pas de prix dit-on le plus souvent et le Togo avait besoin d’une élection apaisée en 2010.

    Dans le cadre de ce partenariat, nous avions réalisé pour la Cour constitutionnelle du Togo et nous ne le dirons jamais assez, le projet de la « SUPERVISION DOCUMENTÉE DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2010 AU TOGO PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE : MÉTHODE ARITHMÉTIQUE D’AGRÉGATION DES RÉSULTATS DES BUREAUX DE VOTE VISITÉS ». Ce projet de par son exécution, vise à rendre disponibles à la Courconstitutionnelle des procès verbaux venant des 6000 bureaux de vote environ que nous avons au Togo. Cette méthode permettra en outre à la Cour constitutionnelle de disposer des données statistiques claires et précises sur ces élections et qui lui permettront de formuler des recommandations constructives pour l’amélioration des élections futures.

    D’après les informations que nous avions reçues de sources concordantes, le Président de la Cour constitutionnelle du Togo, après s’être associé à une délégation togolaise qui était allée présenter ses condoléances à la famille Bongo suite au décès du Président Omar Bongo, a été conduit à Pya (Kara) où il a été interrogé, sermonné, et terrorisé afin de renoncer à ces projets électoraux visant à déployer des délégués pour le compte de la Cour constitutionnelle à l’occasion des élections de 2010. Les principaux acteurs de ces manœuvres d’intimidations à l’endroit du Président de la Cour constitutionnelle étaient le Président Faure Gnassimgbe, les Ministres Bodjona et Bawara en présence de certains officiers supérieurs de l’Armée togolaise et certains responsables du RPT. C’est depuis ce moment que notre sort avait été scellé par ses autorités qui pensent qu’elles ont le droit de vie et de mort sur leurs concitoyens.

    En effet, le Président de la Cour constitutionnelle serait accusé d’être un pro-Kpatcha (le demi-frère du Président de la République qui a tenté le coup d’État) par ses hôtes qui soutenaient qu’étant donné que le Député Kpatcha avait été arrêté et jeté en prison, c’est pour cela que le Président de la Cour (supposé être un pro-kpatcha) avait demandé qu’on écrive ce projet pour que lui à son tour se venge de Kpatcha en renvoyant le Président Faure Gnassimgbé du pouvoir en 2010. Ce qui veut dire implicitement que les autorités togolaises sont convaincues qu’elles ne pourront gagner aucune élection transparente au Togo.

    Durant cette période, et plus précisément de février à septembre 2009, le Président de la Cour constitutionnelle avait été sujet de dénonciation des sympathisants du parti au pouvoir dans les médias nationaux, alors qu’en réalité les vraies raisons inavouées de ces dénonciations médiatiques étaient les projets électoraux que la Cour constitutionnelle souhaitait implémenter au profit de la transparence des élections de 2010. Les Togolais pouvaient en témoigner de ces lynchages médiatiques de l’époque.

    L’enjeu des services proposés à la Cour constitutionnelle du Togo s’inscrivait dans le cadre de l’amélioration de la gestion du contentieux électoral au Togo. En effet, la Commission électorale est toujours accusée au Togo par l’Opposition à l’occasion de chaque élection, de falsifier les procès verbaux des opérations de compilation des résultats au profit du parti au pouvoir avant de les transmettre à la Cour constitutionnelle, le Juge du contentieux électoral. La conséquence nous la savons tous : ce sont la violence et des pertes en vie humaines qui s’ensuivent dès la proclamation provisoire des résultats à l’occasion de chaque élection au Togo.

    La Cour constitutionnelle n’ayant plus d’autres preuves matérielles outre que celles transmises à elle par la Commission Électorale, ne peut que statuer sur les preuves matérielles disponibles, notamment celles transmises par la Commission électorale et qui sont souvent accusées de corrompues. Et dans son état actuel, la Cour constitutionnelle du Togo apparaît tout simplement comme une chambre d’enregistrement et de publication des résultats électoraux sans véritablement détenir les ressources juridiques et matérielles devant lui permettre de dire le droit en matière du contentieux électoral.

    Comment pallier à ces manquements graves qui fragilisent les processus électoraux au Togo ?

    Dans le cas d’espèce, nous soutenions dans nos propositions de services la nécessité pour la Cour constitutionnelle d’assumer ses responsabilités en tant que Juge du contentieux électoral en déployant 6000 délégués dans les 6000 bureaux.

    Les autorités togolaises au plus haut sommet de l’État n’ont pas apprécié nos services et ont contraint la Cour constitutionnelle à renoncer à cette initiative qui à notre point de vue allait aider le juge du contentieux électoral à confirmer ou à infirmer les éventuels résultats soupçonnés corrompus au profit de la manifestation de la vérité des urnes.

    Nous, avions été contraints par l’Agence Nationale du Renseignement auprès de la Présidence de la République que dirige le Commandant Massina qui nous traitait dans les coulisses d’« éléments dangereux à la survie du pouvoir RPT au Togo », à quitter notre beau et unique pays d’origine que nous avons à cause de nos initiatives citoyennes pourtant garanties par la loi fondamentale après qu’ils nous ont mis dans une psychose de peur à tel enseigne que nous nous sommes rendus compte que nous n’avions aucune protection pour leur faire face malgré nos interpellations adressées à certaines Organisations de défense des droits de l’Homme.

    Nous avions sur conseils de nos parents et proches qui voyaient une fin dramatique et tragique à cette affaire, adressé une plainte à l’Agence du Renseignement le 10 septembre 2009 et une demande d’audience très sympathique quelques jours plus tard aux Ministres Bawara et Bodjona, qui nous ont fermé leurs portes. Comme pour nous confirmer que notre sort était déjà scellé et qu’ils n’attendaient qu’à passer à l’exécution du plan esquissé contre nous. Et pour passer aux actes en octobre 2009, ils étaient sept (07) à avoir décidé définitivement de notre sort, mais divisés sur la méthode à adopter : une tendance voulait qu’ont tire des balles réelles sur nous dès qu’on nous retrouve et les médias en parleront quelques semaines et ce serait fini pour nous, tandis que d’autres ont souhaité qu’on nous ramène de gré ou de force avant l’exécution du plan esquissé. Et finalement c’est cette dernière option qui a été choisie et il fallait qu’on nous enlève.

    Tous leurs agents qui ont été envoyés et qui nous ont poursuivis même en dehors du Togo croupissent actuellement en tôles pour inefficacité et mission non accomplie. Nous demandons qu’on les libère immédiatement. Ce n’était pas par notre propre habileté mais par la faveur de Dieu qui a décidé autrement et nous lui rendrons grâce pour ne nous avoir pas livré entre les mains des forces du mal qui ne respirent que par la violence et ne savent que faire du mal à leurs concitoyens qui ne partagent pas les mêmes avis et stratégies politiques qu’eux.

    Citoyens Togolais, Citoyens du monde !

    Nous savons que des experts agrégés en mensonge, dans l’art de mentir et dans la culture de la violence, vont démentir toutes ces allégations : c’est le sophisme du tout et de rien et cela ne nous étonne pas. Nous aurions souhaité dans ce cas un débat public et contradictoire pour la manifestation de la vérité sur toutes nos révélations. La Cour constitutionnelle aussi peut démentir notre déclaration. Nous savons qu’elle ne pourra pas faire autrement car actuellement embobinée et sous pression politico-militaire.

    Les praticiens de la promotion de la culture de la paix savent et peuvent en témoigner que partout où il y a le mensonge, il y a toujours la violence et vice versa. Les deux allant toujours de pairs.

    Nous voici encore aujourd’hui à la phase de contestations des résultats par les candidats à ces élections présidentielles du 04 mars 2010 au Togo. La grande question est la suivante : sur quels procès verbaux de compilation des résultats, le juge du contentieux électoral va-t-il s’appuyer pour redresser les dysfonctionnements et irrégularités relevés durant les élections du 04 mars 2010 pendant qu’on accuse la CENI de falsifier les résultats électoraux au profit du candidat Faure Gnassimgbé et que la Cour constitutionnelle n’a plus d’autres preuves autres que celles de la CENI ? Fera-t-elle plus confiance aux preuves matérielles des parties contestataires que celles produites par la CENI ?

    Élites togolaises, africaines et internationales, voici le droit au Togo. L’absence de courage politique de la part des juges de la Cour constitutionnelle sensés garantir au Togolais des élections libres, transparentes et équitables est un véritable handicape pour la consolidation des processus électoraux au Togo.

    La Cour constitutionnelle est devenue dans son contexte actuel, un frein à la démocratie au Togo, un obstacle à l’État de droit. Et nous ne voyons pas son utilité dans le contexte togolais dans son état actuel car ne contribuant pas à la résolution des conflits électoraux pourtant récurrents au Togo. Tous les juges qui sont à la Cour constitutionnelle peuvent être nos parents de par leur âge avancé et nous les respectons pour leur droit d’aînesse, leur autorité et maturité intellectuelles et leur sagesse. Mais si nous voulons être sincères et nous parler entre parents et fils, nous vous dirons que l’objectivité scientifique qui caractérise aujourd’hui le droit, est aussi chroniquement déficiente que le verdict que vous rendriez aux contestations des élections de mars 2010 sera fait rien que de « Considérant que …, considérant que… Au vu de tout ce qui précède, …… est déclaré « élu » ». Ça, c’est une motion de soutien. Ce n’est pas le droit. Ce temps, Messieurs les Juges est révolu si vous voulez garantir un pays paisible au Togolais et aux générations futures selon les attributions républicaines et souveraines de la prestigieuse institution que vous dirigez et pour le maintien d’une paix durable au Togo. Vous savez mieux que nous que les conflits politiques au Togo découlent toujours des dysfonctionnements et irrégularités électoraux.

    Par le refus de dire le droit, il ne faudrait pas du tout penser que ceux qui manifestent publiquement leur mécontentement à tort ou à raison (et qui sont d’ailleurs selon nous des courageux si nous prenons le caractère violent et répressif des stratégies de maintien de l’ordre de l’armée togolaise) contre les résultats accusés de « fantaisistes » si souvent proclamés par la CENI (puisque refusant de respecter si souvent les procédures électorales qu’elle se donne elle-même à chaque élection au Togo) sont les seules victimes du désordre social et politique que la Cour constitutionnelle entretient au Togo en complicité avec le parti au pouvoir en dépit de l’indépendance de la Justice et le contre pouvoir garantis dans la loi fondamentale. Ce sont des milliers de Togolais qui préfèrent mourir en silence plutôt que de manifester publiquement parce qu’ayant perdu le sens de la vie dans ce petit pays ouest africain embouteillé par la délinquance politique, la violence, depuis près de 50 ans déjà.

    Oui, les 6.5 millions environ de Togolais sont pris en otage et mis dans une bouteille où le seul bout où pouvait leur parvenir l’air ambiant de la liberté est délibérément et tout allégrement bouché par la seule volonté des concitoyens qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels et qui se prennent pour des dieux. Malgré tout, nous sommes convaincus d’une réalité évidente : aucune œuvre humaine n’est éternelle sous le soleil ; tôt ou tard, cela prendra fin à coup sûr et nous attendons impatiemment ce moment que le « sauveur » brisera cette bouteille et libérera enfin les Togolais.

    C’est vraiment dommage que le droit, initialement conçu pour protéger l’être humain, détruit l’humanité au Togo. À quoi servent la justice et le pouvoir judiciaire au Togo ?

    Pour ce qui nous concerne, nous ne savons pas quel crédit donné au verdict de la Cour constitutionnelle dans sont état actuel. Nous sommes déçus par les attitudes de nos autorités qui déclament publiquement la tenue des élections transparentes pendant qu’elles obstruent souterrainement toutes les réformes démocratiques visant à consolider les processus électoraux au Togo.

    C’est dommage que les autorités togolaises ne veulent pas qu’on leur arrache le pouvoir par la force (méthode pour laquelle nous sommes en total désaccord) et elles refusent aussi toutes démarches démocratiques au Togo : quelle alternative à présent pour le Togo ?

    Le droit à l’autodétermination d’un peuple et de choisir ses propres dirigeants sont des droits fondamentaux inaliénables à tout peuple épris de paix et de justice. Et tout pouvoir qui refuse par tous les moyens d’offrir les libertés et les conditions d’épanouissement à son peuple et surtout le privant du droit de choisir ses propres dirigeants, est un pouvoir qui entretient l’une des nouvelles formes de l’esclavage moderne. C’est de l’esclavage politique et rien d’autre.

    Pour nos concitoyens, notamment les hommes de tenues qui entretiennent cette nouvelle forme d’esclavage moderne, même si c’est dans la répressions des mouvements pacifiques et dans l’art de nuire à vos propres concitoyens qui luttent pour la démocratie et les droits de l’homme qu’on vous grade et vous galonne davantage dans votre hiérarchie pour la reconnaissance pour service rendu au pouvoir esclavagiste, nous vous appelons à plus de retenues, à plus de réflexions sur l’avenir du pays plutôt que d’obéir à des ordres dont vous serez le moment venu les seuls responsables devant l’histoire. Vous devez comprendre que dans tout pays au monde où la violence est souvent érigée en système politique, c’est qu’objectivement dans ce pays le mensonge est le soubassement politique des grandes orientations du développement et dans ce cas, ce pays ne se développe jamais mais exploité à des fins partisans et obscurs au détriment de l’intérêt national. Le combat démocratique est un combat de libération pour un Togo épanoui.

    Dans notre prochaine déclaration, nous essayerons de ressortir par le biais de l’Organe technique de notre Organisation, le bureau d’études électorales de l’Organisation pour la Paix au Service de la Renaissance Africaine : le CABINET D’EXPERTISE ET DE CONSULTATION ÉLECTORALES enregistré auprès des autorités compétentes, un diagnostic exhaustif sur les fraudes et les irrégularités organisées au niveau de chaque étape technique du processus électoral du 04 mars 2010 au Togo. Ce diagnostic exhaustif des élections présidentielles du 04 mars 2010 prendra en compte la période préélectorale et ses constituants, la période électorale et ses constituants et la période post-électorale et ses constituants, de même que toutes les tentatives de corruption pour la validation de ce scrutin du 04 mars 2010.

    Citoyens togolais, Citoyens du monde !

    Quand nous parlons de la lutte démocratique au Togo, tous les Africains qui souhaitent véritablement la démocratie en Afrique doivent se joindre aux Togolais pour mener à bon port ce combat pour la libération du peuple togolais et partant de toute l’Afrique. Tous les vices politiques en Afrique s’élaborent, s’expérimentent au Togo avant d’être exportés vers les autres pays africains. Nous allons vous citer quelques uns de ces vices :

    - le Premier coup d’État militaire en Afrique a eu lieu au Togo en 1963 et puis les coups d’État étaient devenus la voie royale des Africains pour accéder au pouvoir dans les États africains au lendemain des indépendances déjà mal négociées ;

    - la modification unilatéralement de la Constitution, la loi fondamentale des pays africains contre les limitations de mandats électifs et l’éjection des principes démocratiques de la constitution a commencé par des pays pionniers en la matière comme le Togo. Cette pratique éhontée et méprisante du respect de l’être humain est malheureusement devenue une meilleure pratique pour les autres pays africains où les dirigeants sont hostiles aux reformes démocratiques ;

    - le Togo est légion dans la répression des mouvements d’aspirations démocratiques par une armée qui n’hésite même pas à tirer des balles réelles sur des populations pacifiques. Cette pratique aussi, le Togo en a exporté vers d’autres pays africains car le pouvoir en place a une garantie évidente : l’impunité totale ;

    - avec l’avènement du régime de la démocratie, le Togo a connu plus de trois élections législatives et plus de trois élections présidentielles et aucune d’entre-elles ne s’est jamais déroulées sans la moindre violence, souvent entretenue par les forces de sécurité qui sont au service d’un système d’esclavage et de privation de libertés au Togo. L’esclavage est aboli mais il existe politiquement au Togo aussi longtemps que les Togolais ne pourront pas choisir librement leurs propres dirigeants ;

    - le passage forcé du pouvoir du père au fils c’est encore le Togo qui a inauguré cette pratique : les fils de Présidents peuvent devenir des Présidents dans leur pays car étant des citoyens de leur pays et nous ne trouvons aucun obstacle à cela. Mais dans le seul respect des institutions de la République.

    Et pourtant, presque toutes les conventions internationales des Droits Humains, de la Démocratie et de la Bonne Gouvernance au plan sous régional, régional et international, ont été ratifiées par le Togo, qui à travers ces ratifications donne tout simplement l’impression d’être un État modèle mais en réalité, c’est un État voyou qui ne respecte pas la dignité humaine mais la banalise et la méprise lorsqu’il s’agit des questions politiques. Vous comprenez pourquoi le combat pour la démocratie au Togo est un combat pour tous les démocrates africains et du monde entier. Il faut soit en faire une Monarchie constitutionnelle ou carrément une République démocratique et dans ce cas, aider ce pays à s’inscrire dans l’arène des démocraties et à y mettre fin à l’esclavage politique.

    Enfin, nous sommes informés de toutes les manœuvres que ceux qui nous considèrent à tort comme leurs ennemis à abattre par tous les moyens même en dehors du Togo. Nous prenons à témoin les communautés nationale, africaine et internationale pour tout ce qui nous adviendra en mal. Nous n’irons pas par quatre chemins pour identifier les auteurs : c’est l’Agence Nationale du Renseignement auprès de la Présidence de la République du Togo qui sera l’auteur et ses commanditaires nous sont connus.

    Togo, 11 mars 2010 Pour le Conseil d’administration Le Président Emmanuel Dossou Atchade

    Organisation pour la Paix au Service de la Renaissance Africaine Adresse : Boulevard de la Victoire (Route de Kpalimé), Rue de l’EÉcoe Kouvahey, Siège social situé derrière la maison de l’Ex. Premier Ministre KLUTSE et à côté de l’école Kouvahey (Quartier Djidjolé) 08 Box : 80657 - Lomé - Togo (Afrique de l’Ouest). Tel 00228 338 81 40 /9491159/9365758 Fax 00228 220 26 66 Courriel : opsra_pcar@hotmail.com/ opsra_pcar@yahoo.fr/ (www.peacein.africa-web.org)

39    2010-03-11 20:47:44   Mitimi2

  • Lu pour vous : Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan donne sa version après la descente musclée de la FOSEP Jeudi, 11 Mars 2010 17:57 .

    Depuis hier, 09 mars 2010, circulent des rumeurs selon lesquelles Mgr Nicodème Anani Barrigah-Bénissan, Evêque d Atakpamé et Président de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation, aurait fait arrêter, dans des locaux de la paroisse des Saints Martyrs de l Ouganda (Tokoin) des membres de l UFC chargés par leur parti de compiler les résultats de l élection présidentielle du 4 mars dernier. Afin d éclairer les fidèles et les populations sur ce qui s’est réellement passé dans l enceinte de ladite paroisse, la Conférence des Evêques du Togo (CET) tient à faire la présente mise au point :

    1. Dans la matinée du 09 mars, à 8 heures 30, Monsieur Pascal Bodjona, Ministre de l Administration territoriale a téléphoné à Mgr Barrigah pour l inviter à une rencontre à laquelle devaient prendre part Monsieur Atcha Titikpina, Ministre de la Sécurité et le Colonel Yark, Président de la FOSEP.

    2. Au cours de la brève réunion qui s est tenue au Ministère de l Administration territoriale, le Ministre Bodjona a fait comprendre à Mgr Barrigah que c est par respect pour l Eglise qu il l’a appelé afin d aider à dénouer une situation qui impliquerait l Eglise. Il s agit de l installation au Centre d’Accueil CESAL, sis à la Paroisse de Tokoin, d un matériel informatique avec lequel des membres de l UFC seraient en train de compiler les résultats de l élection présidentielle. En somme, le motif évoqué est la compilation des résultats de l’élection. Ledit matériel, a t-il ajouté, doit être saisi et les personnes interpellées à des fins d investigation. Des éléments des Forces de Sécurité étant déjà au CESAL il est demandé à Mgr Barrigah de s y rendre de toute urgence pour parler aux responsables afin d’éviter toute violence.

    3. Devant cette demande d’intervention inattendue qui lui est adressée, Mgr Barrigah propose à ses interlocuteurs de rencontrer d’abord les intéressés ; mais la décision étant déjà prise et des agents de sécurité ayant déjà été dépêchés sur les lieux, il ne reste d’autre choix à l’Evêque que de se rendre dans ladite paroisse dans le souci d’éviter tout dérapage. Il fait alors appel à Mgr Julien Kouto, en sa qualité de Président par intérim de la Commission Episcopale Justice et Paix, ainsi qu’au Père Eloi qui en est le Secrétaire Général.

    4. Dans l’enceinte de la paroisse, après information, Mgr Barrigah apprend qu’une vive discussion se déroulait dans l une des salles en location du Centre d’Accueil CESAL. C’est là qu’il découvre les agents de sécurité en tenue civile, les membres de l’UFC et les opérateurs de saisie ainsi que les ordinateurs qu’ils avaient installés pour la compilation des procès verbaux provenant des bureaux de vote.

    5. Vérification faite du mandat de perquisition, Mgr Barrigah demande à parler tour à tour aux membres du parti UFC et aux Forces de Sécurité, pour mieux comprendre le problème. Pendant qu il les exhorte à éviter toute violence dans la gestion de ce conflit, il est rejoint par Mgr Julien Kouto et quelques prêtres. Il appelle également Mr Musa Gassama, Représentant du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l Homme, qui arrive quelques instants plus tard pour constater les faits.

    6. Evoquant des raisons de sécurité et d’investigation, les agents de sécurité saisissent tout le matériel et interpellent onze (11) personnes, dont certains se sont identifiés comme des militants du parti UFC et les autres comme des opérateurs de saisie.

    7. Le Centre CESAL étant un lieu d’accueil dont les salles et les chambres sont louées depuis fort longtemps aux personnes et institutions qui en font la demande, la Conférence des Evêques du Togo décline toute responsabilité d’une part quant à l installation de ce matériel informatique par les membres de l UFC et d’autre part à la perquisition opérée par les Forces de Sécurité.

    8. Par ailleurs, la Conférence des Evêques du Togo n’est pas en possession de textes de loi interdisant aux partis politiques ainsi qu’aux institutions de compiler les résultats des élections ; elle s’interroge donc sur les raisons de cette interpellation.

    9. La Conférence des Evêques du Togo demande enfin aux fidèles de continuer de prier afin que les tensions se calment et que des solutions soient vite trouvées à la crise qui s’est déclenchée après la proclamation des résultats de l élection présidentielle.

    Fait à Lomé le 10 mars 2010 Le président Mgr Ambroise DJOLIBA Source : linxtogo.info

40    2010-03-11 20:59:24   CICHOK

  • DERNIERE NEWS SUR KOACI.COM

    LE PERSONNEL UFC LIBERE CE SOIR FAUTE DE PREUVE

41    2010-03-11 22:31:48   Alabama

  • Mgr Ambroise Djoliba !

    "Nyavini kôzô" ? en kotokoli, "Olé nyuièdéa" = Vous allez bien ?

    Vous êtes un grand menteur. Votre catholicité est cathodique. Vous n avez aucun sens prophétique, vous n êtes que bandes alimentaires vulgaires.

    J explique : Jusqu à preuve du contraire, Mgr Barrigah Anani Nicodème est évêque d Atakpamé. Il n est pas l Ordinaire du diocèse de Lomé. En droit canonique, Mgr Barrigah n a aucune compétence juridique sur l archidiocèse de Lomé. Le CESAL apparatient au diocèse de Lomé et relève de la juridiction de Mgr Denis Amouzou Dzakpa. En clair, Mgr Barrigah a violé le territoire de Lomé en veant y mener des incursions sans l autorisation préalable de l évêque du lieu, en l occurrence Mgr Denis Amouzou. Il s agit d une dictature épiscopale de Barrrigah. Car la nomination de ce dernier comme Président de la Commission Vérité et Justice ne lui attribue aucune compétence pastorale dans une juridiction autre que la circonscription d Atakpamé.

    Ensuite, Mgr Julien Kouto n est pas non plus l Ordinaire de Lomé. Il n est pas évêque, puisqu il a été déchu pour incompétence. Il n occupe qu une simple fonction à lui déléguée et ne peut en l espèce se substituer à l archevêque de Lomé. En clair, ces deux ecclésiastiques loméens sont des taupes et le peuple togolais doit les reconnaître comme tels.

    Nous n allons plus prier dans ce pays avec des évêques bandits. Ils ont livré notre peuple et ceux qui oeuvrent pour la justice en faveur des humiliés du Togo. Nous intimons l ordre à l épiscopat togolais d exiger la libération immédiate et sans condition des personnes livrées par la branche pourrie de l épiscopat au Togo. Au nom de notre baptême, nous vous combattrons, car nous ne nous laisserons pas abattre (Eph3, 13).

    Vous avez sali l épiscopat. Jamais, un magistrat ne peut convoquer un évêque (Ordinaire) sans violer l immunité diplomatique. Honte et honte à ces évêques alimentaires, Barrigah et Kouto. Hooooo na mi !

    Vous serez traduits devant le Tribunal de la Rote, à Rome, pour traitrise et violation de compétence.

42    2010-03-11 23:45:43   augustino

  • les militants de l UFC sont libéré grace à l intervention de Mgr Barrigah (cf mo5togo) et non faute de preuves comme vous le clamer.

43    2010-03-12 01:23:21   LABESACE

  • AVIS DE RECHERCHE Il est recherché dans l intérêt du site internet www.togocity.com le nommé KHEPHREN alias EB-TOUMOSIS3.L interessé a disparu du site depuis quelques jours.Prière à celui l aurait retrouvé de le signaler à togocity.com myennant une recompense.

44    2010-03-12 03:27:18   Khephren

  • @LABESACE,

    Ta folie n’a pas de nom compatriote. Je te l’avais dis une fois :

    tires doucement sur les boissons alcoolisées mon frère, c’est très dommageable pour ta santé. Je continue par intervenir sur le site…même ce matin je l’ai fait. Mes interventions sont encore- là….alors de quoi parles-tu au juste ??? Je ne vais nulle part…je bougerai mon cul d’ici lorsque les armes commenceront par crépiter dans ce putain de pays. Sais-tu pourquoi j’ai pris comme pseudo EB_Toutmosis3 ??? As-tu simplement une idée sur celui qu’on appelle Djéhoutymes ???

    Hotep,

    EB_Toutmosis3 alias Khephren !

45    2010-03-12 06:21:34   Ricky, The power of observation

  • .

46    2010-03-12 10:20:34   etanadanaboudou

  • faurevigbégbé post 30

    merci pour ton post car il contient tout !!! merci pr ton analyse clairvoyante

47    2010-03-12 19:25:28   gbalou

  • @EB_Toutmosis3 alias Khephren

    Pourras-tu nous éclairer un peu sur celui qu on appelle "Djéhoutymes" ??

    Merci et à bientôt.

    - Le Gbalou d Atakpamé

48    2010-03-12 23:38:20   Togobond

  • L Eglise Catholique doit conseiller serieusement Faure Eyadema de quitter le pouvoir pour sauver la paix et la reconciliation au Togo. Nous ne baisserons pas les bras de toute les manières car trop, c est trop. L Église catholique doit éviter toute hypocrisie dans cette crise que traverse le Togo. Ablode



Les propos injurieux et les insultes ne sont pas tolérés sur ce site. Les attaques personnelles seront systématiquement supprimées.


L'inscription est obligatoire pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous

Déjà inscrit ?  Saisissez votre pseudo, mot de passe et réaction
Nom ou pseudo
Mot de passe Mot de passe oublié
Avis
 

 

A propos de l'auteur


Abalo Kpéouzim



Contactez-nous | Mentions légales

Copyright 2005 - www.togocity.com - All rights reserved -
Site developpé avec SPIP sous licence de logiciel libre (GPL)