Politique


15 mai 2012

Elaboration unilatérale des projets de loi relatifs au Code électoral et au découpage électoral

Le collectif « Sauvons le Togo » exige le retrait immédiat et sans condition des deux textes de l’Assemblée Nationale

Les deux projets de loi relatifs au Code électoral et au découpage électoral, unilatéralement élaborés par le Gouvernement RPT-UNIR-UFC et introduits à l’Assemblée Nationale n’ont pas pu être votés le vendredi 11 mai comme prévu. A la dernière minute, Abass Bonfoh et les siens ont ajourné le vote sans raison officielle. Malgré cette suspension, l’opposition togolaise et le Collectif « Sauvons de Togo » maintiennent la pression.

Au cours du grand meeting organisé samedi à la plage à l’issue de la marche de protestation organisée par le FRAC, Jean-Pierre Fabre leader de l’ANC a mis en garde le pouvoir contre le coup de force électoral en préparation et menacé de boycotter les prochaines élections législatives et locales si le gouvernement ne privilégie pas le consensus sur les différentes réformes engagées conformément aux recommandations de l’APG et des missions d’observation de l’Union Européenne.

Dans le même sens, le collectif « Sauvons le Togo » a rendu public un communiqué pour exiger le retrait immédiat et sans condition des deux (02) projets de loi de l’Assemblée Nationale. Selon le collectif, « le projet de loi portant Code électoral et celui fixant le nombre de députés à l’Assemblée Nationale, n’ont aucune base consensuelle et constituent une énième violation de l’APG, des dispositions pertinentes du Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, adopté à Dakar le 21 décembre 2001, dont le point 1 de l’article 2 dispose qu’« aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (6) mois précédant les élections, sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques ». Tout en déduisant que la « volonté manifeste et délibérée d’opérer un passage en force est la preuve indéniable que le Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, n’a tiré aucune leçon du passé et n’a que faire des cinq cents (500) morts occasionnés par le triple coup de force militaire, constitutionnel et électoral qui l’a imposé au pouvoir en 2005 », le collectif « lance un appel patriotique à toutes les forces vives de la nation à rester vigilantes et mobilisées, en se levant comme un seul homme pour défendre, de toutes leurs forces et par des actions de grandes envergures, la patrie en danger face à ce énième hold up électoral savamment orchestré par les ennemis de la démocratie ».

Des manifestations spontanées au Palais des Congrès, siège du Parlement togolais seront envisagées au cas où l’Assemblée Nationale passait outre l’ultimatum du Collectif « Sauvons de Togo ».

Le correcteur N° 343


Vous avez dit

1    2012-05-18 16:54:08   togopourtous

  • Je vous encourage dans les efforts que vous ne cessez de manager pour l’avènement de la démocratie au Togo. Tenez-vous bien ! Pour revenir à la situation politique au Togo, Ecoutez bien ! Le Togo n a plus besoin de réunions, de concertations ou d’accords pour régler les problèmes politiques ; le Togo a besoin des hommes et de femmes honnêtes, de bonne foi et qui aiment leur pays, le Togo, pour appliquer les accords déjà existants sans modifier l’essence et l’esprit de ces accords. Et cela tout le monde le sait. Voyez-vous ? Le gouvernement a montré ses limites, le reste n’est que du « forcing » sans langue de bois.



Les propos injurieux et les insultes ne sont pas tolérés sur ce site. Les attaques personnelles seront systématiquement supprimées.


L'inscription est obligatoire pour laisser un commentaire. Inscrivez-vous

Déjà inscrit ?  Saisissez votre pseudo, mot de passe et réaction
Nom ou pseudo
Mot de passe Mot de passe oublié
Avis
 

Contactez-nous | Mentions légales

Copyright 2005 - www.togocity.com - All rights reserved -
Site developpé avec SPIP sous licence de logiciel libre (GPL)